Pour une sobriété économique administrative : (du juridisme à l’éthique )

Pour une sobriété économique administrative : (du juridisme à l’éthique )

0 3651

La dénonciation des dysfonctionnements, voire d’une certaine incurie, des administrations est récurrente en France. Si le trait est parfois forcé, de nombreux rapports officiels ont effectivement épinglé un manque de visibilité évident pour les usagers, la longueur et l’opacité de certaines procédures, voire dans certains cas le caractère très onéreux des frais de gestion. C’est ainsi notamment que l’on peut lire sous la plume des magistrats de la Cour des Comptes des remises en cause sévères du fonctionnement ou plutôt du dysfonctionnement de telle ou telle entité publique.

Participant comme tous les Français au financement de ces administrations, les professionnels de santé sont en première ligne pour en mesurer les scories. Ils les constatent en écoutant le récit de leurs patients, mais sont également directement la cible de ces administrations, qui ne manquent pas d’exercer une véritable pression financière et juridique sur eux, en dépit d’un service rendu à la qualité parfois discutable. Se soulevant contre cet état de fait, un groupe de professionnels de santé a décidé de se mettre en marche pour dénoncer d’une part le pouvoir accru offert aux mutuelles par différentes lois récentes et au-delà l’absence de « sobriété économique » au sein des administrations. Ils livrent ici leur plaidoyer que certains jugeront peut-être exagéré mais qui est l’expression d’une colère ressentie assez largement.

Pour une sobriété économique administrative : (du juridisme à l’éthique )

Par un professionnel de santé

En France, le juridisme, autorise les administrations dépensières mêmes lorsqu’elles sont destinées à des services publics. Ces administrations peuvent ainsi réclamer des cotisations calculées selon leurs convenances, sous prétexte que c’est légal.

Certains employés coûteraient plus de 100 000 euros par an dans les administrations françaises, ce qui correspond à des frais de gestion de 12 à 20 fois supérieurs à la quasi-totalité des pays d’Europe Occidentale. http://alliancedesprofessionsdesante.fr/retraites-les-salaries-du-prive-sont-les-dindons-de-la-farce-2

Les frais de gestion des mutuelles ont été mentionnés à 6,4 milliards d’euros, autant d’argent non consacré au remboursements de leurs adhérents.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/secu-la-cour-des-comptes-denonce-le-cout-des-mutuelles-1038914.html.

C’est ainsi que des millions d’euros, voire même des milliards d’euros sont récoltés tous les ans  pour le fonctionnement de certaines administrations réclamant des cotisations obligatoires avec l’accord de l’Etat auprès de travailleurs salariés, indépendants et  libéraux. Les cotisations ainsi prélevées vont dans un gouffre financier.

Des rapports de la Cour des Comptes, et diverses actualités politiques, ont créé de fortes colères et indignations,  en désignant, à tort ou à raison, des recours facilités à des frais de fonctionnement abusifs de plusieurs instances administratives.  Alors qu’à contrario, beaucoup de travailleurs cotisent par un dur labeur, pour des services et  aides administratifs souvent ressentis comme insuffisants, voire nuisibles à l’exercice de leur profession  et leur santé.

La France pourrait s’inspirer de la Norvège où divers élus et administrations,  sont soucieux d’une utilisation raisonnée  de l’argent public et des cotisants à diverses branches professionnelles.

https://www.facebook.com/ArmandHdrx/videos/467396190114220/

https://www.facebook.com/100004932909946/videos/489085974599162/

L’opacité par la complexité des systèmes administratifs liés à l’Etat français et à ses politiques, n’est plus viable, ni tolérable.

L’appel est lancé à l’ensemble de la population pour une sobriété administrative économique, il est temps de s’opposer aux dérives du  juridisme pour plus l’éthique et de meilleurs services rendus.

Les cotisations rendus obligatoires avec l’accord de l’Etat et  récoltés auprès de travailleurs salariés, indépendants et libéraux par des administrations privés ou publiques, et pour leur fonctionnement,  le sont pour le service respectueux des administrés  et non pour le profit ou d’autres extravagances. Les cotisations ainsi prélevées vont dans un gouffre financier.

Une pétition circule réclamant  la mise en pratique d’une sobriété économique dans les administrations:
  • par l’instauration d’un système administratif plus éthique, respectueux et économe dans l’utilisation qui est faite des sommes récoltées auprès des cotisants de diverses branches professionnelles
  • des dépenses restreintes à l’exercice et aux rôles des administrations réclamant des cotisations professionnelles obligatoires autorisées par l’Etat
  • des locaux à loyers ou valeurs  modérés pour ces administrations
  • Des services administratifs moins complexes dans leur fonctionnement et plus transparents sur leurs dépenses avec la publication des frais de gestion
  • des rappels, injonctions et/ou le paiement de pénalités et/ou la  la démission, des personnes travaillant à des postes administratifs, ayant bénéficié ,accordé des privilèges onéreux ou contribuant à des frais de gestion démesurés pour des services administratifs.
Pour les cotisants de diverses branches professionnelles, auprès d’organismes chargés de recouvrements obligatoires autorisés par l’Etat. Le changement c’est maintenant.

heure_du_changement

 

NO COMMENTS

Leave a Reply