La sécurité sociale devait être gérée par les « ADHÉRENTS  » lors de...

La sécurité sociale devait être gérée par les « ADHÉRENTS  » lors de sa création !

0 2320
Toute entreprise privée est gérée par un conseil d’administration et les décisions soumises aux propriétaires, ici ce serait les cotisants OBLIGÉS et SANS CHOIX !

Ce n’est pas parce qu’une entreprise privée est commise d’une mission de service public, qu’elle devrait être en droit de disposer à sa guise des moyens qui lui sont confiés.

– Non seulement personne n’a adhéré volontairement, mais cet assureur est IMPOSÉ comme SEUL choix.
– Aucun cotisant n’a reçu les conditions générales et il n’y a pas de délai de rétractation.

– Ce sont les syndicats PARITAIRES qui le gère:

1) Les syndicats représentent 3% des actifs privés et 8 % du public.

2) Les syndicats sont surtout financés par l’État, la sécu est pourtant une entreprise privée.

3) Les actifs ne représentent pas 50 % des citoyens.
Alors ces syndicats représentent au maximum 3 ou 4 % de la population et la majorité des syndicalistes ne sont pas forcément en accord avec les syndicalistes !
Alors ou est la DÉMOCRATIE, alors qu’a l’heure d’internet la participation aux décisions serait facile à organiser pour les décisions importantes et qui touchent 35 % du fruit du travail et le sujet le plus important de l’existence, la SANTÉ?

– Pour les syndicats médicaux on peut en dire la même chose.

Que représente le pourcentage des médecins ou autres professions de soins,  syndiqués dans X syndicats ?
Que représentent le petit nombre de syndicalistes qui décident pour 125 000 médecins libéraux actifs ou 105 000 infirmières actives etc…

Toute décision concernant l’exercice des professionnels de santé, retentira inévitablement sur leurs patients et bien sûr déterminera aussi les montants des cotisations de tous les citoyens !
Quand aux associations de malades, les patients y sont-ils représentés ?

Leurs avis est-il pris en considération? Il faut savoir qu’eux aussi sont subventionnées par l’État lorsque ces associations sont consultés dans la mutualité, mutualité elle aussi devenue obligatoire dans les complémentaires imposées souvent par DÉSIGNATION sans appels d’offres et souvent moins favorables que celles choisis auparavant volontairement.

Elles ont majoritairement signés des CONTRATS RESPONSABLES qui limitent les remboursements, alors que les cotisations sont restées identiques ou vont augmenter.

Les organismes représentatifs de toute la population sont quant-à elles écartées des décisions, voir l’affaire Thomas Dietrich !
Quant aux médecins, paramédicaux en première ligne en matière de santé, on leur impose des lois, un système de fonctionnement de leurs entreprises SANS LEURS DEMANDER LEURS AVIS.

– On fait mine de les consulter,
– On n’en tiendra aucun compte,
– On a créé des commissions de façade,
– Les Lois sont finalement votés sans tenir compte de leurs avis par une poignée de députés !
– On organise ensuite des états généraux ou grenelles de la santé, alors que tout est déjà décidé et voté !

C’est une MASCARADE de Démocratie sanitaire !

On nous parle de JUSTICE SOCIALE, de SOLIDARITÉ, de protection sociale UNIVERSELLE dans la convention, alors qu’il existe des dizaines de régimes spéciaux privilégiés financés par celles et ceux qui n’ont pas de régime privilégiés ! 
On nous parle de JUSTICE SOCIALE alors qu’il existe X discriminations dans le système conventionnel ! 

On nous parle de LIBERTÉ -ÉGALITÉ – FRATERNITÉ, alors que dans ce système il n’y a ni liberté pour les patients, ni pour les soignants. 

Il n’y a pas d’égalités avec X statuts spéciaux, dans X complémentaires à remboursements différents,
Il y a X remboursements différenciés, selon le secteur d’activité des praticiens, le CAS, les contrats responsables……
Il n’y a pas de FRATERNITE dans un  » SYSTÈME  » ou les non privilègiers  paient les privilèges des régimes des statuts SPÉCIAUX et en particulier du public et de ceux qui DECIDENT pour les autres, sans s’appliquer ces mêmes lois à eux mêmes.
Il faut RENDRE la SANTÉ aux citoyens, aux patients et à ceux qui connaissent la VRAIE VIE, ceux qui soignent et ASSUMENT depuis 40 ans les INJUSTICES et les ERREURS de ceux qui décident sans jamais être responsables de leurs décisions ! 

Art. 4. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Art. 5.  La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

Art. 14. Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

Art. 15. La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

Art. 16. Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Art. 17. La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

EXTRAITS : Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789

 » Un tout petit élan peut entraîner de grands effets ! « 

Qui donnera ce petit élan ?

Edward W. Metzger

https://media.giphy.com/media/26FPGiuwHys3SjUYM/giphy.gif

 

 

14089052_1135836406477183_7820524820499761991_n

NO COMMENTS

Leave a Reply