Qui sont les  » gentils », qui sont les  » méchants », la droite,...

Qui sont les  » gentils », qui sont les  » méchants », la droite, la gauche ?

1 1021
On parle de la protection sociale en général; tout de même environ 30% du PIB, demain 35 ou 40 %, ou 35 % du fruit de votre travail.

Il n’y a pas de système parfait, mais notre système de 1945 n’est plus adapté 70 ans plus tard, ni pour la maladie, ni pour la retraite. Nous ne sommes plus dans les 30 glorieuses avec 5% de croissance, un rapport démographique de 1 retraité pour 4 actifs et les caisses de sécurité sociales  sont  bien des mutuelles privées ( même si Madame Touraine affirme encore le contraire le 19 janvier 2016 *)  misent sous TUTELLE de l’État qui les gère aussi mal qu’elle gère l’État vu les déficits, ceci depuis 40 ans et de mémoire, sans qu’il n’y ait eu d’élections à la sécurité sociale régime général depuis 1983 !
Tout le monde « tape » dans la caisse du régime général, politiques, syndicats, compensations pour les régimes spéciaux déjà privilégier au détriment des moins privilégier et au détriment des soins, sous prétexte de pseudo solidarité ou de « vraie fausse philanthropie », et ceci en toute opacité et de surcroît à crédit.

Comme la sécurité sociale  est toujours en déficit, et que pour rentrer dans les « clous » des 3 % de déficit imposé par l’UE ( mais la France l’a voulu), que même en s’endettant, en ayant créé la CRDS en 1996, pour 14 ans…., on transfère les déficits aux ménages avec des caisses de sécurité sociale bis = complémentaires santé, elles, à  but lucratif pour les actionnaires ( 20 % en moyenne qui ne vont pas aux soins + 7% de taxes sur cotisations), on a plafonné les remboursements de celles-ci, et rien de plus pour l’optique, le dentaire et les audio-prothèses ( c’était bien là le déficit d’accès aux soins), il faut donc une sur-complémentaire pour être bien remboursé. , (taxée elle à 14% sur les cotisations), elle aussi à but lucratif.  On est loin  d’une protection sociale Universelle, d’autant que les employeurs déjà exsangues, ne choisiront pas forcément la meilleure complémentaire pour leurs employés.
Au final 3 mutuelles pour un seul risque, la maladie:  3 fois les frais de gestion, 3 fois la PUB (ou au moins 2), 2 fois les dividendes pour les financiers, qui n’iront pas aux soins et 2 fois des taxes: 7 % et 14 %, qui n’iront pas non plus aux soins. En fait on fait semblant de donner d’une main, ce que l’on reprend de l’autre, de surcroît en rendant la cotisation complémentaire obligatoire imposable.

« Si on fait la somme des taxes, des frais de gestions, des publicités, des dividendes, on ne voit pas très bien,  ou est le progrès social et surtout ce qu’il reste pour aller aux soins ».
L’accès  » GRATUIT » aux soins, risque de coûter fort cher aux citoyens, non ce n’est pas l’Etat qui paye, c’est VOUS qui payez ! 
Alors vous préférez  enrichir les actionnaires ou que toutes ces sommes aillent aux soins ?

Alors qui vend la santé ? Ou est l’Universalité s’il existe des dizaines de protections sociales, des dizaines de complémentaires, avec des niveaux de protection différentes, des discriminations entre patients selon l’appartenance à tel ou tel secteur du médecin ?
Qui marchandise la Santé, qui déshumanise la santé, qui alourdit la facture globale ?

Réponse: les socialistes au sens large de droite ou de gauche, ce sont de «  vrais faux  philanthropes » et les citoyens  vont le payer cher, en qualité des soins, et en Euro sur le budget de leur ménage ou en pouvoir d’achat. Pire pour les retraités qui n’auront plus de complémentaire employeur, ou tous ceux juste au dessus des minimas sociaux et ceci d’autant plus que ce ne sont plus de  vraies mutuelles, comme celles existantes dans les années 30, c’est à dire sans discrimination en fonction des antécédents médicaux, des risques ou de l’âge . La philanthropie à crédit, avec l’argent des autres, confiscatoire et liberticide, ne permettra pas de sortir de l’ornière des déficits publics ou des déficits sociaux, mais risque de mettre en déficit les ménages à qui on va prélever les franchises sur leurs comptes bancaires.  Je rappelle à ce titre qu’il faut donner son autorisation. Je rappelle aussi qu’un organisme privé, soit les caisses de sécurité sociale, n’ont pas légalement le droit de communiquer des informations à un autre organisme sans votre autorisation. Jurisprudence de la CJUE du 1er octobre 2015.

Alors les « méchants » sont des 2 bords, les derniers n’ayant que mis la touche finale !
Alors me direz-vous, qui sont les « gentils » ?
« Les « gentils », sont ceux qui diront et appliqueront ce qu’ils auront dit, ce sont ceux qui respecteront la loi, le Droit, la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen « . 
Alors que diraient ces « gentils » au sens collectif et ayant donc le sens de l’intérêt général, au service de leurs électeurs ?

Pour respecter la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen:

l’EGALITE: ils proposeraient un seul statut à tous les citoyens, hors mis les fonctions régaliennes (armée, police, magistrature). Le mot d’égalité sociale est une constante dans le discours de droite comme de gauche, les faits le démentent.

La FRATERNITE suppose un partage équitable des charges devant l’impôt, mais non devant l’Assurance, ce n’est pas inscrit dans la Constitution, donc la SOLIDARITE si chère à nos politiciens et à leurs conseillers, n’est pas du ressort de l’assurance, mais de l’impôt. Les mêmes Droits, les mêmes Devoirs.  Ceci serait valable autant pour la protection sociale maladie, que pour les retraites et de préférence par capitalisation.

«  Un seul statut à tous les citoyens, les mêmes droits, les même devoirs, la solidarité n’est pas du ressort de l’assurance, mais de l’impôt »   

La LIBERTE serait un point clé d’une démocratie digne de ce nom. La liberté d’entreprendre, seule façon de créer de l’emploi et de résorber progressivement le chômage, soit la simplification des  démarches administratives, la simplification du Code du travail, la diminution des normes, la simplification fiscale ( plus de 300 impôts et taxes), au mieux en tendant vers une harmonisation fiscale, au moins au sein des l’UE…. ,la diminution des charges sociales étant la résultante des embauches créées, donc plus de ressources pour la protection sociale, moins pour  les allocations chômage. La création d’emplois aidés n’a jamais résolu le problème ni des déficits des caisses de maladie, ni des caisses de Pôle Emploi, ni des caisses de retraite, mais alourdi la dette publique, donc la fiscalité. Seule la libéralisation des entreprises très petites, petite ou moyenne est susceptible de créer des emplois. Le système actuel étant un épouvantail à embaucher et  rebute  à créer des entreprises.

Les libéraux de santé, sont contrairement à ce que l’on oublie souvent, également des entrepreneurs, des employeurs ou employeurs potentiels ( si on leurs en donne les moyens), concernés à plusieurs titres: celui de professionnel de santé, avec plus aucun contrôle de ses recettes, puisque imposés par l’Etat qui a fait une OPA sur les caisses de sécurité sociale, ni de ses dépenses avec une impossibilité de répercuter les coûts réels depuis des années, voir des décennies, en tant qu’employeur, avec la complémentaire santé, en tant que cotisant et enfin en tant que patient ou patient potentiel. On ne résoudra pas le problème des déserts médicaux, ni la baisse de motivation des étudiants pour entreprendre en libéral ( 9% contre 55% il y a 35 ans).

En résumé :  

Les loi sur les complémentaires santé, la loi de modernisation de la santé ne sont pas des lois de progrès social, tout au contraire, elles sont liberticides pour les cotisants, les patients et les soignants, elles sont confiscatoires, plus de liberté de choix des patients pour leurs médecins, plus de liberté et d’indépendance des soignants, demain probablement des réseaux de soins ( pour l’instant encore interdit pour les médecins, mais pas pour d’autres professionnels de santé),  pas de liberté de choisir sa protection sociale qui est imposée, même pour la complémentaire, plus d’ égalité, si jamais elle a existé avec la multitude de régimes particuliers et spéciaux, ou les privilégier renflouent leurs régimes par les moins favorisés, plus de fraternité, la encore si elle a jamais existé, puisque les système actuels, ne sont ni égalitaires, ni équitables, ni justes.

Tant que nos élus sensés nous représenter, vantent des lois, les votent en ne se les appliquant pas à eux-mêmes, qu’ils soient de droite de gauche ou des extrêmes, il n’y aura pas de Démocratie, ni LIBERTE, ni EGALITE , ni FRANTERNITE, ni Equité, ni SOLIDARITE vraie, il n’y aura pas de respect des Droits de l’Homme et du citoyen.         

Une protection sociale est obligatoire pour les résidents sur le territoire français ( Code de sécurité sociale, les citoyens confondant souvent sécurité sociale et code de sécurité sociale) . La question qui mérite une réponse est la suivante, l’organisme de protection sociale sociale pour couvrir le risque de maladie ou pour la retraite peut-il être IMPOSE SOUS CONTRAINTE, sans avoir signé d’adhésion et sans avoir reçu les conditions générales, sans délai de rétractation, sans pouvoir résilier le contrat?  Un organisme privé, fut-il chargé d’une mission de service public, peut-il être autorisé à OBLIGER les résidents à être assuré chez lui ? 

 » Les caisses de sécurité sociale ont-elles des monopoles? Les directives de l’UE semblent dire le contraire, les gouvernants semblent bien l’admettre, mais ne semble pas vouloir l’assumer , on peut se demander pourquoi ! «  .

 

Docteur Edward W. Metzger ( rhumatologue secteur 1 retraité)

 

*  http://www2.assemblee-nationale.fr/questions/detail/14/QE/72599

 

 

ppf-11-10-grd-ideo

1 COMMENT

Leave a Reply