Professionnels de santé  libéraux: résistez et changez !

Professionnels de santé  libéraux: résistez et changez !

3 1733

Les conditions du changement sont manifestement réunies.


François Fillon, un espoir vers une société plus équitable

Le programme de François Fillon en matière de protection sociale va dans le sens d’une plus grande équité en matière de retraite avec un alignement des différents régimes que les socialo-collectiviste ne peuvent qu’approuver s’ils ont tellement le sens de L’ÉGALITÉ et de la JUSTICE SOCIALE. 
L’introduction d’une part de répartition dans les retraites va dans le bon sens et peut ouvrir la voie vers une liberté de choisir l’âge de départ à la retraite sans la double peine des 42 années de cotisations et l’âge de 65 ans. Chacun pourrait alors choisir sa date de départ s’il estime avoir de quoi vivre décemment.

Retraite-non-salariés

En matière de santé le retour vers plus de libertés des soignants et des patients dans leurs choix ne peut être que favorable à tous. 
L’allègement des obligations administratives et du carcan réglementaire ne peut que libérer des moyens pour les « faiseux » en réduisant les « shits jobs » qui sont un frein à la liberté de soigner et d’être soigné.
La remise en question du fonctionnement syndical paritaire est un préalable indispensable à une amélioration du fonctionnement de notre protection sociale.

arton1
Reste la mise en concurrence des caisses de protection sociales, dans un système de mutualisation encadré, l’État en fixant les contours et les garde-fous. Une solution qui devrait s’avérer moins coûteuse que le système monopolistique actuel et plus performant.
Cela suppose une réforme concomitante de la fiscalité pour assurer la solidarité envers les démunis et pour les droits acquis de manière transitoire, par un impôt de solidarité.
Baser le financement de la protection sociale essentiellement sur les revenus du travail, comme c’est le cas depuis 1945, n’est plus adapté dans un environnement de plus en plus robotisé et à l’heure du développement du numérique. 

croizatpcf
On ne peut pas pérenniser les solutions des 30 glorieuses avec le plein emploi, une croissance à 5% et une espérance de vie de 65 ans, qui ne sont plus adaptées au monde actuel.
Si l’on peut attendre un changement dans les orientations d’un Président, il ne faut pas attendre tout d’un Homme providentiel et chaque citoyen doit contribuer à faire des propositions et des efforts pour faire évoluer la société dans l’intérêt collectif, non pas en se demandant ce qu’un Président ou l’État peut faire pour eux, mais ce qu’ils peuvent faire pour contribuer au bien de tous.
C’est aussi l’objectif d’Alliance des Professions de Santé de lutter contre l’égalitarisme dogmatique qui conduit aux inégalités et pour une société au contraire plus équitable afin d’enrayer un nivellement vers le bas.
Le sujet est d’importance puisque la protection sociale obligatoire représente 35 % du fruit du travail de tout un chacun actif.

chaines

Jean Monnet estimait que « les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ne voient la nécessité que dans la crise ».

Les conditions du changement sont manifestement réunies.  Professionnels de santé  libéraux: résistez et changez !

Dr Edward W.Metzger

citations-sur-la-liberte-16

3 COMMENTS

  1. Merci M. Metzger pour cet article sur la politique de F. Fillon.
    Mais il s’agit de propositions, son programme n’est pas aussi libéralement ambitieux pour le monde médical que ce que vous écrivez.

    • Corcillius, à chacun de contribuer à améliorer le système de Santé. Il ne faut pas attendre d’un Homme providentiel toutes le solutions, mais s’impliquer individuellement ou collectivement comme le fait APS pour faire évoluer notre système de protection sociale et système de soins. Certains le trouvent déjà  » ultra-libéral », un comble.

Leave a Reply