Que pourrait-être de véritables réformes structurelles en France pour plus d’EQUITÉ et...

Que pourrait-être de véritables réformes structurelles en France pour plus d’EQUITÉ et sans vivre à crédit au dessus de nos moyens

Que pourrait-être de véritables réformes structurelles en France pour plus d’EQUITÉ et sans vivre à crédit au dessus de nos moyens

Monsieur Macron reconnaît l’ « échec » du modèle français face aux inégalités.
Alors, pour quelle raison le gouvernement français fait il le choix de poursuivre cette politique d’accroissement des inégalités dans notre pays ?

La Justice Sociale étant si chère à nos élus de tous bords et à nos syndicats, on pourrait réfléchir à une société plus équitable, tellement elle est devenue inégalitaire en Droits et en Devoirs. Notre système de protection sociale absorbe 40 % du fruit du travail tout en étant insuffisant puisqu’il est partiellement financé à crédit.

Pour la Santé :

Le plus Juste m’apparaîtrait de supprimer totalement les cotisations sur salaires, de les remplacer par une flat taxe sur tous les revenus quels qu’ils soient, ou une CSG sur tous les revenus, voir les allocations, qui sont des revenus, ou une TVA sociale, pour assurer la solidarité envers les plus démunis (plus les retraités à faible retraite pour assurer la transition ) ; de laisser à chacun son salaire ou revenu du travail dans sa totalité et le libre choix de sa prévoyance santé et retraite (sachant que ces assurances restent obligatoires mais avec un libre choix dans un panel de vraies mutuelles sans discriminations en fonction de l’âge ou des antécédents). Les taxes sur les produits à risque et les polluants industriels venant compléter ce financement de la solidarité.

Une telle fiscalité serait plus ÉQUITABLE, les conduites à risques seraient financées par les consommateurs eux même et par les industriels polluants.

Tous les citoyens contribueraient équitablement à la solidarité et seraient responsabilisés en ayant un droit de regard sur leurs assurances prévoyances volontaires et en connaîtraient les conditions générales. Ils auraient un droit de vote sur les décisions de leurs assureurs en concurrence, sur les prestations de services annexes, hors soins qui doivent rester les mêmes. Chacun pourrait choisir le montant du risque qu’il peut assumer et serait RESPONSABILISÉ. Le système pourrait être compléter par un compte épargne santé personnel pour les petits risques ou ceux liés au vieillissement (optique, dentaire, audioprothèses….).

Le mérite d’un tel système de protection sociale santé, serait de gommer toutes les DISCRIMINATIONS résultantes des différents statuts spéciaux ou de la fonction publique. Il permettrait par ailleurs de supprimer les 5 milliards du coût du système paritaire et les doublons des frais de gestion, marketing etc..de 3 assurances pour UN SEUL risque: la Santé.

Pour les retraites :

On pourrait appliquer ce même raisonnement aux retraites, avec la différence qu’il faut 30 ans pour passer d’un système par répartition à un système par capitalisation en assurant la transition pour les droits acquis par une fiscalité de solidarité dégressive sur 30 ans.
L’avantage d’un tel système serait de donner à chacun la liberté de prendre sa retraite à l’âge voulu, quand il estimera que le capital sera suffisant à ses besoins.
Autres avantages: la conservation du capital restant à son conjoint et à ses héritiers au lieu d’une perte de ses cotisations en cas de disparition précoce.

Ceci suppose toutefois une séparation des activités bancaires à risques de celles pour l’épargne retraite.

Pour le chômage:

La disparition de statuts spéciaux, ferait participer tout le monde, soit en conservant un système mutualisé, soit en responsabilisant chacun par une assurance individuelle mais obligatoire en pourcentage de ses revenus et une participation proportionnelle pour la formation continue.

Le gouvernement qui proposerait une telle réflexion reste cependant à trouver !

Plus juste, plus équitable, plus responsabilisant; moins liberticide, moins discriminant etc.., cela nécessiterait une grande réforme fiscale en parallèle, avec une simplification sans maintenir plus de 400 impôts et taxes différentes et en allégeant les niches fiscales ou les réductions d’impôts ou crédits qui sont financés par les uns pour payer ces avantages aux autres.

Ce que l’on voit depuis des décennies et encore dans ce qui est proposé actuellement, ce sont des transferts ou on habille Paul en déshabillant Pierre avec des compensations en trompe l’oeil, qui ne sont ni plus ni moins que des manipulations ou de la  » com » avec un système de vases communicants.

Un budget sérieux, serait celui qui mettrait les comptes à l’équilibre, ou mieux excédentaire pour résorber les dettes et les intérêts qui plombent le pays et l’avenir des générations futures.

En résumé: moins d’Etat, moins de dirigisme, plus de libertés individuelles dans le respect d’autrui, plus de responsabilisation individuelle pour plus de conscience collective, sans que les uns paient pour les autres sans contrepartie, une société EQUITABLE ! 


Une France qui aurait besoin de moins de fonctionnaires pour gérer en  » nounou » tout ce qui peut être géré individuellement en étant responsable. La disparition de moult administratifs source d’économies et enfin des budgets à l’équilibre avec une réduction des dettes.

Ou est la Liberté l’Égalité, la Fraternité, principes fondateurs de notre République, ou est la justification de telles inéquités, comme le rappelle cet article qui énonce les INÉGALITÉS entre le privé et certains régimes spéciaux qui ne se justifient en rien à travail égal entre privé / régimes spéciaux ?

Ou est la Liberté l’Égalité, la Fraternité, principes fondateurs de notre République, ou est la justification de telles iniquités , comme le rappelle cet article qui énonce les INÉGALITÉS entre le privé et certains régimes spéciaux qui ne se justifient en rien à travail égal entre privé et régimes spéciaux ?

Dr Edward W. Metzger

La Fondation iFrap a passé en revue pour Le Figaro Magazine les grandes différences entre la fonction publique et le secteur privé. La comparaison est sans appel.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/08/31/20002-20120831ARTFIG00454-les-sept-avantages-d-un-statut-d-exception.php

 

 

1 COMMENT

  1. Bonsoir,
    merci de m’indiquer vos sources concernant « les 5 milliards du système paritaire ».
    Cordialement.
    Dr M. Guibert (membre)

Leave a Reply