Ne tirez pas sur le patient !!!

Ne tirez pas sur le patient !!!

0 2513

C’est en lisant un énième post de « plainte » d’une jeune médecin sur la page MPP ( médecins ne sont pas des pigeons) visiblement très dévouée dans son travail et manifestement elle aussi « meurtrie » dans cette trahison quotidienne faite par certains patients au travers de leurs attitudes que j’ai eu envie de réagir.

Puisqu’il s’agit d’un espace de débat, permettez moi de partager avec vous ma lecture des choses.

Ils me semble que dire que « les patients n’ont rien compris et qu’ils sont systématiquement râleurs, impolis, ingrats… » c’est faire l’économie d’une analyse en profondeur, sur l’essentiel de la problématique…

Je partage le désarrois de cette patiente âgée qui est en droit d’obtenir une certaine rapidité /qualité de « prise en charge ». Cette patiente choquée soulève une réalité, elle a payé la SECU une grande partie de sa vie et donc elle n’a pas à subir l’engorgement ou la lenteur avec laquelle les soignants acceptent de composer au quotidien parce qu’ils n’osent pas remettre en question leurs conditions de travail déplorables imposées par un système totalement obsolète…

J’ose imaginer qu’une prise en charge faites par 5 soignants et faire autant d’entretien doit à terme déshumaniser la relation donnant le sentiment d’être une souris de laboratoire…

Certains soignants préfèrent se « victimiser » (ça préserve une bonne image de soi) en imaginant que nous vivons une période pleine d’ingratitude (en externalisant le problème), oui ce sont les gens qui auraient changé en étant systématiquement peu reconnaissants!

C’est l’époque qui veut ça…!!!

Les soignants oublient que le Français paye très cher sa santé, une moyenne de 10 000€/ an, et qu’il vient forcement en consultation « imprégné » d’attentes…

Les malpolis, les cons, il y en a partout, mais leur caractère systématique devrait interpeller les soignants quand au cadre et conditions d’exercice de leur travail qui ne leur permet « PLUS » tout simplement dans une société ou tout va de plus en plus vite, de répondre favorablement à la demande.

On leur demande quotidiennement de faire des miracles avec le peu de moyens dont ils disposent…

Evrard Christian dit « Je ne pense pas que le petit % de cons soit la cause de notre exaspération, après tout on est formé aussi pour les supporter. C’est plutôt  » l’administration aveugle  » qui nous a progressivement pourri la vie et le métier . Du coup on supporte de moins en moins les cons » , je suis parfaitement d’accord avec lui…

Le soignant résigné, burnoutisé, déprimé, qui « accepte » malgré lui, la maltraitance exercée par le système qui organise son quotidien, est renforcé dans sa légitimité de « héros « qui sauve le patient malgré les conditions de travail exécrable, dans ce contexte, en découle plus facilement les sentiments de trahison et d’ingratitude imputés au patient …plus qu’au système qui dégrade les conditions de travail du soignant et de la relation au patient.

D’ou le nombre croissant de post sur cette page qui servent d’exutoire, visiblement pour mieux contourner le problème…

Cette jeune médecin sera un jour cette patiente âgée… Elle comprendra peut-être à ce moment là qu’après avoir payé toute sa vie la Sécu, que ce n’est pas du luxe que de demander une ambulance pour une fois.

Beaucoup de soignants ne parviennent pas à avoir une vue d’ensemble sur le problème, leur champ de vision est tellement restreint qu’ils débutent probablement leur journée en se disant  » Bon combien de cons, je vais devoir me coltiner aujourd’hui  » ?

Au lieu de s’interroger sur comment améliorer leurs conditions d’exercices pour que les patients en profitent et qu’ils ne se sentent pas comme du bétail…

Le mécanisme de défense employé par les soignants en dehors du déni, est souvent l’externalisation constante du problème, cela n’invite pas à l’introspection, d’autant plus que les soignants passent 13h à 36h au travail, aucun élargissement du champ de conscience ne peut être permis à ce stade pour mieux cerner la spécificité du problème que vivent tous les soignants qui ont la tête dans le guidon à force de pallier au carence du système.

Au final, tous les soignants Français subissent l’organisation décousue de la technocratie de la mère maltraitante Madame « la Sécu… » qui est à l’origine de l’essentiel des maux de tous les soignants…et y compris de nous les patients !

Ne nous trompons pas de cible !… Les réformes sont ailleurs…

Sarah Amellin

NO COMMENTS

Leave a Reply