Mais pourquoi donc ce Gouvernement s’acharne t’il autant à imposer une ...

Mais pourquoi donc ce Gouvernement s’acharne t’il autant à imposer une complémentaire santé ?

0 1674

Mais pourquoi donc ce Gouvernement s’acharne t’il autant à imposer une  complémentaire santé,  si la Sécurité Sociale que le Monde entier nous envie est si formidable ?

Il y a une logique qui m’échappe, la « meilleure » protection sociale au Monde ne devrait pas avoir besoin de complémentaires ou mutuelles supplémentaires, puisqu’elle est elle-même une Mutuelle privée !

La Sécurité Sociale gère ou dépense 30 % approximativement du PIB, autrement dit 30 % du fruit du travail ou de tous les revenus. Pourtant depuis 35 ans elle est déficitaire et chaque année le  fameux «  trou de la sécu » se creuse, reportant la dette sur la génération suivante.

A cela il faut ajouter les dépenses ou cotisations des complémentaires retraites, prélevées sur les salaires ; donc encore quelques % du PIB. Retraites par répartition qui fondent comme neige au soleil et sont également déficitaires et sont pour certains, qui n’auront pas la chance d’atteindre un grand âge, des fonds perdus pour leurs conjoint, ou pour leurs enfants.

S’ajoute à tout ceci,  les impôts sur le revenu, nécessaires au fonctionnement du pays ou des organismes publics, ce qui est normal.

Lorsque l’on additionne tout ceci, les prélèvements de toutes natures, engloutissent prés de 60 % du fruit du travail, sans compter la TIPP, la TVA et autres taxes  locales, foncières, taxes sur le tabac, les alcools ………Pour certains plus de 80% de prélèvements sur le fruit du travail !

Alors pourquoi une autre mutuelle obligatoire que celle qui existe déjà ?

Une mutuelle qui s’appelle Sécurité Sociale et qui ne prend en charge que très peu les soins dentaires, l’optique, les appareils auditifs …….., et laisse donc à la charge des malades le peu qui leurs reste du fruit de leur travail ?

Ce gouvernement, ou les précédents d’ailleurs qui ont préparés le terrain, veulent- ils donc redistribuer la totalité des revenus des citoyens en se servant au passage dans cette manne de centaines de milliards d’euro ?

Veulent- ils faire profiter leurs amis actionnaires des mutuelles de cette manne qu’ils ne contrôlent pas encore tout à fait et échappe donc  à la « dîme », ou au Droit d’inféodation à verser aux responsables politiques, aux hauts fonctionnaires, aux syndicats ou au actionnaires sur le dos de la santé de nos concitoyens ?

Autre objectif de cette loi de « modernisation » de la santé , pour se donner bonne conscience, réduire le déficit de la Sécurité Sociale, dont on ne sait plus par quel moyen combler le gouffre, en empruntant sur les marchés étrangers en mettant en caution par exemple le Fond de Réserve des Retraites, lui-même déficitaire et ensuite affirmer que le déficit public est ramené en dessous des 3%, ce que la France a imposé elle-même aux membres de l’Union Européenne ?

Un tour de magie, pour résorber le déficit public ou du moins le limiter sans dire aux citoyens que ce déficit va encore être transféré sur les ménages, qui eux se verront infliger chaque année une progression des cotisations complémentaires que l’on peut estimer à 5% ? Peut être des sur-complémentaires, puisqu’il est plus que probable que les entreprises déjà exsangues ne prendront pas les complémentaires les plus favorables.

Se posera donc pour les salariés la question d’une sur-complémentaire et pour les retraités le problème d’une complémentaire qui voudra bien les accepter.

Je ne parle même pas de la fiscalisation de la part employeur de ces complémentaires obligatoires à compter du 1er janvier 2016.

Alors que l’on explique au français ou à nos concitoyens ou est la «  gratuité » de l’accès au soins, ou est le progrès social et surtout ce que l’on veut leur laisser pour vivre du fruit de leur travail ?

Le rôle de l’Etat est d’assurer la solidarité, mais par l’impôt ; le rôle de l’Etat n’est pas d’assurer la solidarité par la Sécurité Sociale qui est une mutuelle privée appartenant à ses cotisants, mais ou l’Etat puise pour des dépenses qui n’ont rien à voir avec l’objectif même de son existence et surtout pas de renflouer des régimes de ceux qui n’y ont jamais cotisés !

En droit cela porte un nom en étant pénalement répréhensible. L’Etat de Droit, n’a pas tous les Droits et ne peut pas s’arroger des Droits que sa législation impose à tout un chacun ou à toute société privée.

La Sécurité Sociale est en soins palliatifs, à bout de souffle et ce ne sont pas quelques comprimés d’aspirine qui vont la sauver, ni même une perfusion ou plutôt une « transfusion » par les complémentaires payées par les ménages.

Au final les citoyens et surtout les retraités n’auront plus rien pour vivre ?

Prélèvements obligatoires, plus impôts et taxes absorberont la totalité du PIB ou des revenus, faisant plus de pauvres et de moins en moins de citoyens pouvant assumer cet Etat « Providence » !

Qui payera la dette, qui payera la retraite des fonctionnaires……5200 milliards à ce jour de dettes, en incluant la dette hors bilan !

Alors que notre Ministre de la Santé et ou notre Premier Ministre ou notre Président, nous explique ! 

OU EST LA LOGIQUE ?

Ne serait ce pas plus logique d’avoir une assurance prévoyance de son choix au premier euro ou avec une franchise, en responsabilisant les citoyens, l’Etat fixant un cahier des charges et des garde- fous, ce qui est son seul rôle, en assurant par ailleurs la transparence des  assureurs ou des mutuelles, comme il avait été promis.

L’Etat n’est pas un assureur, l’Etat est en charge de la solidarité pour les plus démunis par l’impôt.

Aurons-nous une réponse objective, impartiale à nos interrogations  de la part de nos gouvernants avant le vote définitif de cette loi ?  

Les citoyens ont le droit de savoir, dans une démocratie comme la nôtre, les élus ont une obligation de réponse aux questions que posent les citoyens ! De vraies réponses.   

 Edward W. Metzger 

 

 

 

 

 

 

  

NO COMMENTS

Leave a Reply