Madame Touraine disait vouloir mettre en oeuvre des PROCEDURES pour prendre en...

Madame Touraine disait vouloir mettre en oeuvre des PROCEDURES pour prendre en compte la souffrance des médecins du PUBLIC , et les autres ? et les LIBERAUX ?

0 2519

Madame Marisol Touraine ce matin disait,  » vouloir mettre en oeuvre des PROCÉDURES à même de prendre en compte la souffrance des médecins au travail dans notre pays  » et d’énumérer des hôpitaux publics.
Les libéraux apprécieront ! Les infirmières et autres soignant aussi !
Des PROCÉDURES encore de l’administratif ? Peut être un responsable des procédures de la souffrance au travail ? 

Non Madame Touraine, vous tuez la Santé, vous mettez en danger la santé et la vie des professionnels de santé, ainsi que la santé ou la vie de leurs patients, vous conduisez une politique d’appauvrissement des ménages par orgueuil et par incompétence de vos conseillers.
Vous parachevez ce que vos prédecesseurs ont commencé, vous donnez le coup de grâce !

C’est de la mise en danger de la santé et de la vie d’autrui !
C’est de la non assistance de personnes en danger !
La souffrance au travail et l’épuisement professionnel est UN PROBLÈME de SANTÉ PUBLIQUE ! 

Ne dit on pas :  » De la santé des soignants dépend la santé des patients » ?

Vous ne faites pas le bon diagnostic, vous ne savez pas faire un diagnostic différentiel, vous ne faites pas le juste pronostic, vous donnez aux soignants des remèdes qui risquent de les tuer au travail, de tuer leurs patients, de paupériser les cotisants !

Un médecin serait condamné et interdit d’exercice pour faute grave à votre place; lui serait responsable et jugé COUPABLE !
Mais on connait la chanson  » Responsable mais non coupable « , vos collègues Responsables mais non coupables sont toujours la .

Je voudrais vous donner le bon diagnostic, les bons traitements, celui de ceux pour qui vous feignez de vous intéresser en les oubliant, celui des libéraux de santé qui ont fait 10 à 14 années d’études pour faire un diagnostic et proposer des traitements et qui ont une expérience de ce qu’est LA SANTÉ.

ÉTIOLOGIES * de la souffrance des médecins au travail : (*causes), chez les libéraux ( source rapport URML Île de France 2007)

La moitié des médecins  libéraux (53 %) se déclare spontanément menacés par le burn out syndrom.
ƒ

Ce sont incontestablement la charge de travail et la lourdeur des tâches administratives que ces médecins déclarent avoir le plus de mal à gérer. Ces deux items étant très souvent cités de concert par les médecins : « Manque de temps, difficultés à gérer son temps de repos et de travail », « Trop de travail et donc pas assez de temps pour sa vie privée, temps de travail : 16 à 18 heures par jour » « Manque de temps pour tout faire, consultations exigées le soir, les horaires tardifs le soir » « obligation de travailler 60 heures par semaine pour gagner correctement et honnêtement sans bâcler son travail, « course contre la montre, la charge de travail plus de 12 heures par jour, le rythme des consultations me stresse beaucoup.  »

« Activité trop lourde, consultations et visites = 14 heures + Paperasses 1h + gestion du cabinet 1h + exigence des familles 1 h = 17h sur 24 h » ƒ

Les contraintes administratives : « Le poids des charges administratives, tracasseries administratives de plus en plus pesantes, sans fin. «  ƒ

 Certains (67) évoquent les relations avec la sécurité sociale, allant jusqu’à parler de véritable « harcèlement » : « Pression des caisses », « travail supplémentaire et surveillance policière de la sécurité sociale », « conflits avec la CPAM », « La menace permanente de la sécurité sociale qui nous harcèle de courriers, de recommandations…

 » L’exigence des patients : 67 médecins évoquent plus particulièrement l’agressivité de certains patients.

Situations médicales : Difficultés de prise en charge des patients souffrant de pathologies lourdes et de poly pathologies en pratique de ville. Pathologies les plus difficiles à prendre en charge : problèmes psychiatriques des patients (13), soins palliatifs (13), gestion des urgences (23) et gestion des problèmes sociaux des patients (19).
SOLUTIONS :
Les deux solutions plébiscitées par les médecins sont :

1) d’améliorer la protection sociale du médecin libéral 97.2 % et

2) de mieux définir la nature et limite de la responsabilité médicale des médecins , 95.6 %.

La délégation de tâches aux paramédicaux constitue la solution portant apparemment le plus à discussion, et ce surtout pour les médecins spécialistes puisque seuls 46% d’entre eux optent pour cette solution. L’analyse statistique par tris croisés permet d’identifier des facteurs influençant de façon significative la réponse des médecins à certains items (cf figure 27) : ƒ

Faciliter les remplacements : Cette réponse est davantage citée par les femmes (91,6% versus 85,6% chez les hommes) et par les médecins exerçant en cabinet de groupe (89,4 versus 86,2%), les médecins exerçant dans le 77, le 94 et le 93 (respectivement 92,8%, 90,5% et 90,1% versus 83,7% sur Paris) et les médecins possédant un secrétariat (89,9% versus 82,1%). ƒ

Inciter les jeunes à s’installer plus rapidement : Cette solution est plutôt préconisée par les femmes (83,6% versus 75,8%), les médecins généralistes (83,2% versus 75,2 % des spécialistes), les médecins prodiguant plus de 6 000 actes (83,7% versus 73 % chez les moins de 3 000 actes). ƒ

Etre mieux protégé au sein de son cabinet : Cette solution est citée surtout par les femmes (74,4% versus 61,2% des hommes), les célibataires (75,7% versus 65,3% en couple), les médecins exerçant en Seine-Saint-Denis (77,6% versus 65,1% dans le 94 et 60,6% dans le 78), les spécialistes (68,1% versus 63% des généralistes) ƒ

Etre aidé dans sa gestion administrative : Pour cette réponse on note des hétérogénéités selon le département d’exercice (97,2% dans le 92 versus 90% dans le 94) et le fait de posséder un secrétariat (90,2% versus 83,7% pour les médecins sans secrétariat) ƒ

Inciter et former les médecins à la prise en charge médicale de leurs confrères : Cette solution est davantage citée par les femmes 81,1% versus 73,8%. ƒ

La mise en place de lignes téléphoniques est plébiscitée surtout par les femmes (89,3% versus 79,9% des hommes), les médecins spécialistes et les Médecins à Exercice Particulier (respectivement 85,3% et 86,5 % versus 80,4% des généralistes) et les médecins prodiguant moins de 3 000 actes (85,5% contre 78,8% pour les plus médecins réalisant plus de 6 000 actes) ƒ

Reconnaissance du syndrome d’épuisement professionnel comme maladie professionnelle : Elle est surtout préconisée par les moins de 45 ans (93,2% versus 82,6% pour les plus de 60 ans), les médecins généralistes (90,1% versus 85 % pour les spécialistes et 84,5% pour les Médecins à Exercice Particulier), les médecins n’exerçant pas une activité complémentaire salariée (88,5% versus 85,2%), les médecins sans secrétariat (90,4% versus 86,5%), les médecins réalisant plus de 6 000 actes par an (89,9% contre 81,4 pour les moins de 3 000 actes). Cette réponse est surtout plébiscitée les médecins menacés par le burn out puisqu’elle arrive sur cette population en 5ème position (92,9%) ƒ

L’instauration d’une prise en charge médicale et psychologique dédiée aux professionnels de santé est surtout demandée par les femmes (86,9% contre 79,6%), les 45 – 50 ans (85,8% contre 73,6 ans pour les 60 ans et plus), les médecins généralistes (85,9% versus 79,5% pour les spécialistes et 81,4% pour les Médecins à Exercice Particulier), ne 35 pas avoir d’activité complémentaire salariée (83,9% contre 79,8%), les médecins prodiguant plus de 6 000 d’actes (84,5% versus 77,6% pour les moins de 3 000 actes) ; ƒ

L’instauration d’une médecine du travail est plébiscitée surtout par les 50 – 55 ans (78,5% versus 68,5% pour les plus de 60 ans), les femmes (81,3% contre 71,5% des hommes). Elle est également plus souvent citée par les médecins menacés par le burn out (78,6%). 171 médecins ont également exprimé d’autres attentes…….

ƒ Revalorisation financière : « Revalorisation des actes médicaux » « La reconnaissance à sa juste valeur de l’acte médical permettrait de diminuer la charge de travail, la reconnaissance de cet acte par le patient » ƒ

Rééquilibrer le rôle du médecin par rapport à celui du patient… :  » Responsabiliser les patients sur le coût de la santé, l’impact économique de ses demandes et modérer les exigences » ƒ …et à la société :

« Arrêter de donner au médecin un rôle qu’il n’a pas »  » Le rôle du médecin est de soigner les patients et uniquement cela, faire des examens cliniques, des bilans pour aboutir à des diagnostics et établir des traitements

  » ƒ La formation :  » Informer les étudiants des difficultés d’exercice »,  » instituer un système de tutorat pendant tout l’exercice médical ».
PRONOSTIC : 
La mort de la santé française libérale, l’aggravation des déserts médicaux, la paupérisation croissante de nos concitoyens, la déshumanisation de la santé, la marchandisation de la santé….

Déjà 53 % des médecins présentent des signes de burn out en 2007, 2.6 fois plus de suicides que la moyenne nationale, le suicide cause du décès de 17% des médecins en activité ,( source URLM, COM, CARMF), en en 2016 et 2017 se sera combien ?

CONCLUSIONS :
Vous faites fausse route et pire, vous le savez, si vous n’en n’êtes pas consciente, c’est encore plus grave que je ne le pensais !
Vous êtes un danger pour la Santé Publique.

Vos loi pour les complémentaires santé obligatoires et la loi de modernisation de la santé sont des mensonges, comme l’ont été le 35 heures de Madame Aubry, pour l’hôpital, pour les entreprises, pour la collectivité, dont les conséquences sont le chômage, l’appauvrissement, le déclin économique……

Madame Touraine, vous n’êtes, ni généreuse, ni sociale, ni démocrate……..vous êtes tout le contraire .   

Docteur Edward W. Metzger ( médecin rhumatologue secteur 1 retraité prématurément en partie en raison de la surcharge de travail )

 

http://www.souffrancedusoignant.fr/images/PDF/R_BurnOut_0707.pdf

NO COMMENTS

Leave a Reply