« L’Irlande a eu l’IRA, l’Espagne l’ETA, l’Italie la mafia, la France a...

« L’Irlande a eu l’IRA, l’Espagne l’ETA, l’Italie la mafia, la France a l’ENA. »

0 2490
Il y a 10 ans paraissait une étude dévastatrice de l’iFRAP sur les énarques. Depuis, rien n’a changé : ces petits messieurs continuent leurs dégâts…

Nouailhac : Le dossier noir de l’ENA 

Bernard Zimmern, le président fondateur de l’iFRAP, cet institut indépendant qui enquête sur l’administration, avait demandé en 2004 à ses meilleurs collaborateurs de s’y consacrer pendant le temps nécessaire. Résultat, un an après, en 2005, l’iFRAP édite un ouvrage de 200 pages, bourré d’observations et de constats alarmants à commencer par celui-ci :

 « La France est dirigée par l’énarchie. Mais les multiples désastres financiers auxquels sont associés les énarques, notamment les inspecteurs des finances, depuis le Crédit lyonnais en passant par France Télécomou Vivendi, montrent qu’ils n’ont pas la formation nécessaire, seulement le brillant. »

 Ces mots sont de Bernard Zimmern, lui-même énarque et polytechnicien, qui connaît donc bien le problème de l’intérieur. Sauf que lui, au lieu de se vautrer mollement dans le taffetas des canapés de la République sous les lambris des palais nationaux, a gagné son indépendance dans le privé en devenant un entrepreneur comblé, ce qui, pour le moins, lui permet un avis autorisé.

Avec son bras droit de l’époque, Nicolas Lecaussin, qui dirige aujourd’hui un autre think tank, l’Iref (Institut de recherches économiques et fiscales), ils ont dressé un bilan des résultats dramatiques d’inspecteurs des finances incompétents et pour certains, complètement mégalos, qui n’ont laissé derrière eux que gabegie, ruines et désolations. Ainsi Jean-Yves Haberer avec 100 milliards d’euros de pertes au Crédit lyonnais, Jean-Marie Messier et Michel Bon qui ont coûté respectivement 72 milliards à Vivendi et 68 milliards à France Télécom et quelques autres beaux parleurs, mais désastreux gestionnaires, Michel Albert aux AGF, Jean-Michel Bloch-Lainé à la Banque Worms, Patrick Careil à la Banque Hervet, Michel Gallot à la SDBO ou Pierre Moussa à la banque Pallas-Stern. Comment ne pas leur appliquer ces mots sur la différence entre un TGV et un inspecteur des finances ?

« Quand un TGV déraille, il s’arrête de faire des dégâts. Un inspecteur des finances, lui, il continue ! »

Ajoutons que cet inspecteur bénéficie, de plus, d’une scandaleuse impunité, n’ayant jamais à rendre compte des désastres économiques dont il pourrait être tenu pour responsable.

Moins bons qu’un tanneur ou qu’un garagiste !

Les inspecteurs des finances, la « fine fleur » des énarques, qui comptaient moins de 200 membres en 2004 lors du « dossier noir » de l’iFRAP et qui sont à peine 50 de plus aujourd’hui, adorent littéralement le monde bancaire, qui est leur terrain de jeu préféré.

Rien n’a changé : il y a deux ans, en France, une étude relevait 29 énarques à BNP Paribas, 24 à la Société générale, 13 au Crédit agricole, 12 à Natixis et 6 à la Fédération bancaire française. La plupart du temps, les inspecteurs occupent les postes les plus élevés et les plus lucratifs, les « simples » énarques se déployant dans les services, mais parvenant quelques fois au sommet des organigrammes.

Bernard Zimmern, dans son « dossier noir », note que ceux-ci vivent dans une bulle :

« Une fracture s’est créée entre les élites dirigeantes sorties de l’ENA et le peuple et elle ne cesse de s’aggraver. Formés à l’ENA, loin des réalités et des problèmes quotidiens des Français, titulaires de nombreux privilèges et sans connaissance du monde de l’entreprise, les énarques ne peuvent pas comprendre les préoccupations de la France d’en bas. »

Il suffit de constater les dégâts occasionnés actuellement par les membres de la célèbre promotion Voltaire de François Hollande pour s’en convaincre. L’auteur rappelle en passant que la gestion de « ces petits messieurs », comme les appelait Pierre Mendès France, « ne s’est pas avérée à la hauteur de celle d’un tanneur, Antoine Pinay, ou d’un garagiste, René Monory ».

L’Irlande a eu l’IRA, la France a l’ENA

Nicolas Lecaussin considère de son côté qu’il s’agit d’une caste, pour ne pas dire une mafia, et nous rappelle cette formule d’Alain Madelin :

« L’Irlande a eu l’IRA, l’Espagne l’ETA, l’Italie la mafia, la France a l’ENA. »

Le plus étrange est que personne n’avait eu l’idée ou l’audace, depuis sa création en 1945, de raconter l’ENA de l’intérieur et aucun témoignage n’avait jamais filtré jusqu’au livre Promotion Ubu roi d’un élève de la promotion 2012, Olivier Saby (Flammarion, 2012). Un récit aigre-doux et amer, sous-titré « Mes 27mois sur les bancs de l’ENA », d’un élève un peu décalé mais réaliste qui prend vite conscience de l' »indigence de la formation » et du « niveau consternant de l’enseignement » dispensé derrière les murs strasbourgeois de l’ancienne prison pour femmes qui sert de décor à l’école. Bernard Zimmern confirme :

« À l’ENA, il y a deux concours, le premier à l’entrée, le second à la sortie. Entre les deux, rien. »

Comment admettre que « ces petits messieurs » soient assurés d’une carrière et de privilèges à vie sous l’unique prétexte qu’à l’âge de 25 ans, ils ont réussi des concours difficiles alors même qu’ils n’ont rien appris sur les réalités du monde qui les entoure ? Telle est la question essentielle posée par ce « dossier noir de l’ENA ». Dix ans plus tard, elle est toujours d’actualité, même si nous avons, entre-temps, l’ébauche d’une réponse avec le jeune Olivier Saby. Classé 25e de sa promotion, il aurait pu prétendre à la voie princière du Quai d’Orsay ou de Bercy. Sous les quolibets de ses camarades, il a préféré un poste obscur au tribunal administratif de Montreuil, dans la banlieue parisienne. Pour se sentir utile ? Du moins, de là-bas, dans ce poste ingrat, il y a peu de chances qu’il puisse un jour mettre une banque en faillite.

 

PAR JEAN NOUAILHAC

Publié le 12/02/2015 à 06:09 | Le Point.fr

 

Pour mémoire : 

Trois présidents de la République » (François Hollande, Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac) parmi les anciens, c’est « une visibilité évidente ». Cette apparente surreprésentation dans les hautes sphères de la politique attise les critiques de l’« énarchie ». Celles de Bruno Le Maire (LR), lui-même énarque, visent la « promotion Voltaire au pouvoir », qui rassembla en 1980 sur les bancs de l’ENA François Hollande, les ministres Ségolène Royal et Michel Sapin, le secrétaire général de l’Élysée Jean-Pierre Jouyet, et aussi Dominique de Villepin et Renaud Donnedieu de Vabres.

D’une autre génération, le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, ou celle de la Culture, Fleur Pellerin, sont aussi membres de ce club élitiste.

l-ena-est-elle-une-ecole-dangereuse-ok-eleonore,M262817

NO COMMENTS

Leave a Reply