Les professions liberales soumettent des idees à Manuel Valls

Les professions liberales soumettent des idees à Manuel Valls

0 798

Politique d’emploi dans les très petites entreprises : les professions libérales soumettent des idées à Manuel Valls
8 juin 2015

Paris, le lundi 8 juin 2015 – La semaine dernière, le Premier ministre recevait les partenaires sociaux avec pour objectif de « relancer l’emploi dans les très petites entreprises (TPE) et les petites et moyennes entreprises (PME)» .

Si les centrales syndicales ont honoré le rendez-vous sans manifester d’engagements marqués (elles sont très peu représentées dans ces structures), l’Union nationale des professions libérales (UNPAL) également reçue avait préparé la rencontre avec soin.

Michel Chassang, président de l’UNAPL et Philippe Gaertner son vice président (et également patron de la Fédération des syndicats de pharmacien de France) étaient entre autres présents.

Des embauches nécessaires mais repoussées.

Il faut dire que pour les entreprises libérales, la relance de l’emploi au sein des TPE est un enjeu majeur.

Aujourd’hui, 98 % des entreprises libérales sont des TPE. En dépit de leur « petitesse », elles emploient plus d’un million de salariés et représentent au total près de deux millions d’actifs. Leurs secteurs de pointe sont la santé et le droit.

Au sein de ces structures, la demande d’emploi est forte. « Les professionnels libéraux indiquent avoir (chacun) besoin de 1,7 emplois supplémentaires » indique l’UNAPL. Cependant, ces entreprises sont très réticentes à combler les manques et ne prévoient que 0,2 embauches au cours de l’année venir. Coût du travail élevé, incertitudes économiques et rigidité des contrats de travail expliquent cet immobilisme et poussent les entreprises libérales à se tourner préférentiellement vers la sous-traitance.

Par ailleurs, les menaces qui ont pesé récemment sur le monde libéral n’incitent pas au dynamisme. D’une manière générale, les très petites entreprises regrettent d’être généralement ignorées des politiques générales.

Vœux pieux concernant les contrats de travail.

Satisfaite de l’impulsion donnée par le Premier ministre, qui paraît être une première prise de conscience des difficultés spécifiques des TPE et parmi elles des entreprises libérales, l’UNAPL a formulé dix propositions. L’organisation considère tout d’abord important de valoriser davantage l’entrepreneuriat, notamment auprès des jeunes. Concernant l’emploi dans les TPE, l’UNAPL invite à agir sur deux plans.

D’abord, il serait nécessaire « d’assurer une meilleure connaissance des métiers salariés proposés par les entreprises libérales » et de « développer les contrats de professionnalisation au même titre que les contrats d’apprentissage ».

Par ailleurs, l’UNAPL énumère plusieurs mesures destinées à lever « les freins à l’embauche ». Mise en place d’un contrat unique, simplification de la gestion des entreprises, favoriser le recours au forfait annuel ou encore « dédramatiser les risques de rupture du contrat de travail » comptent parmi les mesures phares proposées par l’UNPAL.

Ces dernières ont (très) peu de chance d’aboutir notamment celles concernant le contrat unique. S’il n’y a pas eu d’annonce à l’issue de la rencontre, Manuel Valls a affirmé qu’il ne souhaitait pas revenir sur le CDI, tandis que ce matin, le ministre du Travail, Michel Sapin a redit que le gouvernement n’était pas favorable à des aménagements concernant les différents contrats de travail existants.

Les autres revendications de l’UNAPL auront peut-être un peu plus de chance d’être entendues. Elles concernent le dialogue social, avec la volonté d’une révision de l’application des accords nationaux interprofessionnels dans les TPE et une simplification du dialogue social en leur sein.

Date de création : 8 juin 2015

NO COMMENTS

Leave a Reply