Les Français veulent le changement. Mais veulent-ils pour autant le libéralisme ?

Les Français veulent le changement. Mais veulent-ils pour autant le libéralisme ?

0 1301

Le Social-libéralisme à la française dont tous les gouvernements nous parlent depuis 35 ans n’est que du  » Canada Dry » !

Le changement ne pourra venir que de la base dans un pays ou 30 % vivent des privilèges de l’État et sont majoritaires dans la représentation des citoyens.

Qui réduira les 2 bastions du collectivisme et de l’irresponsabilité, l’Education nationale et la Sécurité Sociale, les 2 grandes plaies de notre pays, il faut les soigner en les réduisant.

Qui le fera, si ce n’est pas nous même ? 

Les Français veulent le changement. Mais veulent-ils pour autant le libéralisme ?

 Par Jacques Garello Contrepoints 2015-10-28

 Cette révélation fait la une du journal Les Échos du 8 octobre. C’est un sondage récent qui étaye cette assertion. La semaine dernière j’évoquais la passion pour le libéralisme que se découvrait soudainement la classe politique, de gauche comme de droite. Ainsi, pour une fois, les élus seraient en accord avec les électeurs, le libéralisme ferait l’unanimité au sein de la nation : bravo !

Cependant, je crois qu’il y a loin de la coupe aux lèvres. C’est bien d’avoir empli la coupe d’une boisson d’apparence libérale, au lieu du poison socialiste et étatiste qui l’emplissait depuis un demi-siècle, et je m’en réjouis. Mais attention à l’effet « Canada Dry ». Quel libéralisme ? Porté par qui ? Et comment ?

Le sondage commenté par Les Échos a été réalisé en posant deux questions. La première portait sur l’allègement des règles en matière de droit du travail, d’impôts et d’environnement : 77 % des personnes interrogées en étaient d’accord. Comment pourrait-il en être autrement ? Si l’on excepte l’environnement qui est toujours l’obsession de la classe politique, la réforme du Code du travail et du Code des impôts ne se discute plus, et la soif de liberté est générale. La deuxième évoquait la « libération » de l’économie française, allant jusqu’à la privatisation de certains services publics et l’ouverture à la concurrence ; 60% les appelaient de leurs vœux. Nous voici plus près du libéralisme, car il s’agit de remettre l’État à sa place et de réduire le corporatisme. On avance alors de véritables réformes structurelles, qui vont bien au-delà de simples mesures d’ajustement. C’est pourquoi le soutien est moindre, car ceux qui vivent de l’État et des privilèges qu’il accorde redoutent un changement radical.

Mais va-t-on pour autant au cœur du libéralisme ? D’une part, les grands bastions du collectivisme et de l’irresponsabilité ne sont pas évoqués : l’Éducation Nationale et la Sécurité sociale sont les plaies de notre pays, il faut les réduire. D’autre part, comme les libéraux le professent, la liberté économique, si nécessaire au demeurant, n’est pas la seule dimension du libéralisme, il y faut adjoindre la liberté politique en restaurant l’état de droit et en limitant le champ du pouvoir, et la liberté « sociétale » (respect de la vie privée sans ingérence publique). Il faut aussi adjoindre une vision de la dignité personnelle et de l’harmonie sociale. Il reste donc encore du chemin à faire pour ces néophytes de la liberté que sont les Français asservis depuis des siècles par l’absolutisme monarchique ou républicain.

 Mais qui portera le libéralisme dans l’arène politique ? Dans les discours, certains peuvent faire de la surenchère libérale : tant mieux. Mais d’une part quelle est leur bonne foi ? Ne s’agit-il pas d’un simple exercice de séduction électorale ? D’autre part, quel parti, quel leader ? Aucun parti, même se réclamant du libéralisme, n’a de consistance ou de cohérence doctrinale suffisante, priorité est toujours donnée au calcul électoral.

Quant aux leaders, les plus visibles et les plus médiatisés, Hollande et Sarkozy, s’affirment hostiles ou indifférents au libéralisme, ils ont manqué le virage depuis longtemps et leur cote est en chute (trois Français sur quatre n’en veulent plus). Alain Juppé caracole en tête des sondages (43% d’indice de popularité), mais son étatisme est d’une autre époque. Emmanuel Macron le suit (37%), mais sa position est ambiguë, puisque le social-libéralisme n’a aucun sens. François Bayrou (35%) réunit quelques partisans, sans doute parce qu’il est incolore et inodore. Certes quelques autres semblent prêts au virage, mais à ce jour ils ont à mûrir leurs convictions tout en rassemblant des convaincus.

Left-credits-Chris-Dodds

Le libéralisme est donc toujours en quête d’un héraut. Il est vrai qu’il y a encore quelques mois avant l’ouverture officielle de la campagne, et que des sondages aussi lointains des échéances ne sont guère significatifs ; en avril 1981, Giscard était donné vainqueur. Il n’en demeure pas moins qu’il y a une crise du leadership politique en France, marque du décalage de la classe politique actuelle, qui cultive l’empirisme et l’exception française, là où il faudrait de solides bases doctrinales et une sérieuse connaissance de l’histoire et de l’environnement international.

La seule excuse de ces candidats potentiels est la difficulté de mettre en œuvre le libéralisme dans ce pays de tradition étatiste et jacobine. Il est certain que la prudence, les atermoiements, les précautions, comme on les a connus en 1986, 1993, 2002 et 2007, font déraper dans le virage libéral. Il faut un sérieux coup de volant, et rapide, le TGV des réformes de Fillon, une expression malheureuse parce que le TGV est subventionné. La ligue des clients de l’État, soit un bon tiers de la population, est très puissante, bien organisée.

Mais deux atouts servent la cause du libéralisme : d’une part, la rapidité de l’effondrement du pays dans tous les domaines et pas seulement celui de l’emploi : école, santé, retraites et fiscalité ont dépassé la cote d’alerte ; d’autre part, l’engagement des militants libéraux, enfin écoutés, mais encore peu nombreux. Le virage approche, mais le brouillard est encore trop épais pour le voir et le négocier avec succès : à nous de le dissiper, à nous de nous organiser aussi bien que possible.

Je vous convie à accompagner ces Français que l’on devine prêts à virer.

 En savoir plus sur http://www.contrepoints.org/2015/10/28/226922-les-francais-prets-au-virage-liberal#jrUdEIUPjcxU8phh.99

NO COMMENTS

Leave a Reply