L’enquête qui flingue les syndicats: « Beaucoup d’argent part dans les poches »

L’enquête qui flingue les syndicats: « Beaucoup d’argent part dans les poches »

2 1335

Jean-Marc Touly, co-auteur d’une enquête au vitriol sur les syndicats, mercredi sur BFMTV. – DR
Roger Lenglet et Jean-Luc Touly, auteurs du livre « Syndicats, corruption, dérives, trahisons », ont dénoncé mercredi sur BFMTV le fonctionnement actuel des syndicats en France.

« Syndicats, corruption, dérives, trahisons », l’énumération est cruelle. Le livre de Roger Lenglet et Jean-Luc Touly, qui paraîtra jeudi, n’épargne pas le monde syndical, en y dénonçant de nombreuses dérives. Après plus de trois années d’enquêtes au sein d’entreprises publiques comme privées, les deux journalistes ont mis au jour un « système mafieux », qu’ils ont décrit sur BFMTV mercredi midi.
Corruption et détournements

Roger Lenglet et Jean-Luc Touly rappellent que la dernière loi sur les syndicats date de 1884, et qu’en vertu de ce texte, ni les organisations syndicales ni les comités d’entreprise n’ont l’obligation de faire certifier leurs comptes. « Dans les grands comités d’entreprises comme la SNCF, la RATP, EDF ou Air France, on constate que des centaines de millions d’euros sont attribués chaque année aux comités d’entreprises; une grande partie est dévoyée et va malheureusement dans les fédérations syndicales des secteurs d’activités concernés », explique Jean-Luc Touly.
« Ça se joue sur des milliards, renchérit Roger Lenglet, si l’on regarde toutes les sources de financement, y compris le fait de siéger dans des organismes paritaires comme le 1% logement, la Sécurité sociale, la formation professionnelle. Beaucoup d’argent part dans des poches personnelles, à travers des systèmes de fausses facturations de rétrocommissions, ou tout simplement de fausses factures ».
Harcèlement moral et licenciement abusif

Les deux journalistes rappellent que l’ancien numéro un de la CGT, Bernard Thibault, avait réussi à faire embaucher son épouse et ses enfants au sein du comité central de la SNCF.
Ils citent aussi le cas du prestataire de service chargé d’organiser l’arbre de noël du comité central de la SNCF: « Il avait été obligé de payer une publicité dans le journal de la fédération CGT des cheminots pour pourvoir avoir le marché ».
Les deux journalistes ont réussi à recueillir de nombreux témoignages de l’intérieur, mais non sans peine, et dénoncent à propos « un véritable système de harcèlement moral et de licenciement ». Ainsi, « le contrôleur de gestion a été licencié de façon abusive », selon eux, après les avoir informés.
Ils ajoutent aussi que de nombreux syndicalistes sont ulcérés par les pratiques internes et veulent faire bouger les choses.
Une « insulte » pour Laurent Berger

Quelques bonnes feuilles de cette enquête ont déjà été publiées dans L’Express cette semaine, titré en une « Pourquoi les syndicats sont nuls », sur un montage de photos de trois militants vus de dos et portant les logos de la CGT, de la CFDT et de FO.
La couverture a déjà fait réagir le numéro un de la CFDT, Laurent Berger. « La couverture de L’Express aujourd’hui est une insulte à l’action des militants de terrain et aux plus de 800.000 adhérents de la CFDT », affirme-t-il dans un tweet. « Les syndicats sont peut-être imparfaits mais ils ne sont pas nuls », a-t-il ajouté dans un autre tweet.
Par Karine Lambin

 

http://www.bfmtv.com/societe/syndicats-beaucoup-d-argent-part-poches-personnelles-610326.html

2 COMMENTS

  1. Argent …
    « Sous pretexte de solidarite et de protection sociale l etat et la SS soutirent plus de 500 miliards d euro de prelevement obligatoires ( plus de 50 % du PIB). cette masse monetaire n est pas redistribue pour la santee mais fait la fortune des mutuelles et des syndicats pendant que le « C » est le plus bas d europe .
    La medecine publique depuis que sa direction est administrative n a de cesse que d embaucher des fonctionnaires (Il n y a jamais eu autant de  » directeurs » dans les hopitaux) la gestion est calamiteuse , l hopital est surendette et ferme ses lits plutot que de liscencier les inutiles .
    Avec la loi sante et la « mis a mort du liberal » ce sont les technocrates et les mutuelles qui vont diriger le medical . De plus les instances syndicales chargees de defendre nos interets , sont remunerees a la signature (conflit d interet ) et n on rien fait depuis plus de 30 ans pour inverser le processus .
    Pendant ce temps la le medecin liberal , la tete dans le guidon , travaille 70 h par semaine pour s en sortir , fait son travail plus celui de la SS , se met aux normes Europeenes , se forme , porte sur ses epaules la prise en charge de la maladie avec son cortege de responsabilite civile quand il peut pas payer ses charges , penale quand il prend un risque therapeutique , ordinale et pour couronner le tout il va etre surveille au travers du Dossier medical partage .
    Vendre des Pizzas devient plus lucratif , moins contraignant , et moins dangereux que d etre generaliste ; les jeunes l on bien compris et la desertification est en route autant ds les campagnes que dans les villes .

Leave a Reply