LA MUTATION, du médecin sécu au médecin libéral.

LA MUTATION, du médecin sécu au médecin libéral.

0 1217

Par le Dr Lib Ere

Nous ne rassemblerons jamais tous les médecins et toutes les professions de santé, contre la loi santé et en l’occurrence contre le TPG, tiers payant généralisé, puisque certains médecins ont déjà adopté cette pratique.

En conséquence de quoi, nous allons vers une médecine de ville à deux visages.

Les médecins qui acceptent de poursuivre leur collaboration avec la sécurité sociale, les médecins sécu,

et les médecins refusant cette convention, les médecins libéraux.

Les médecins sécu, sont des médecins dont le tarif des honoraires est fixé par la sécurité sociale, ce tarif n’est pas réévalué, alors que les charges du médecin augmentent.

Ainsi pour maintenir sa rémunération au même niveau chaque année, le médecin diminue ses investissements, puis travaille plus, mais rapidement se retrouve limité par la sécu qui ne le paie plus au dessus d’un quota, en raison de quoi la qualité de son travail perd en qualité et en sécurité.

Le médecin sécu est un médecin enfermé dans un réseau, celui de la mutualité française, il respecte la loi santé.

Le médecin libéral, est un médecin qui adapte le tarif de ses honoraires à la réalité économique de la région dans laquelle il vit, ainsi il peut suivre l’évolution de ses charges, poursuivre ses investissements, offrir une médecine de qualité pour des diagnostics plus sûrs et rapides.

Il maintient un revenu adapté à la réalité économique et donc un niveau de travail adapté à un individu, lui permettant de travailler en sécurité.

Le médecin libéral est un médecin indépendant, qui respecte le secret médical, le code de déontologie.

Concernant, les patients, nous ne rassemblerons jamais tous les patients contre la loi santé, puisque leur soutien est quasi inexistant, après une propagande profonde, depuis des années, dénigrant les professions de santé.

La population française va donc consulter, pour certains le médecin sécu, pour d’autres le médecin libéral. Beaucoup de français sont assurés par la sécu et seront orientés, par une discrimination financière *, vers les médecins sécu.

D’autres bénéficiant d’une assurance au premier euro ** , pourront consulter sans difficultés, le médecin de leur choix, un médecin libéral.

Sachant que la quasi totalité des patients sont assurés par la sécu et sa mutualité française, il est difficile pour un médecin sécu de faire le choix de devenir un médecin libéral. Sa première crainte est de se retrouver sans patientèle.

Nous allons donc aborder maintenant les différentes possibilités pour un médecin sécu de devenir un médecin libéral.

La première possibilité est que le médecin isolé dans sa région réalise rapidement la mutation médecin sécu vers médecin libéral, avec, si besoin, l’aide des coordinations des médecins libéraux distantes de sa région.

La seconde possibilité, lorsqu’il est entouré de nombreux confrères, est qu’il s’entend avec ses confrères locaux pour effectuer ensemble le transfert sécu vers libéral, en suivant les conditions qu’ils ont décidées ensemble dans une coordination de médecins libéraux.

Enfin, la dernière et troisième possibilité, le médecin est seul, parmi ses confrères, à décider de réaliser cette mutation, et prend sa décision avec l’aide de la coordination locale, il réalise la mutation médecin sécu vers médecin libéral. Il se retrouve donc dans une situation qui au début est assez stressante puisque sa patientèle peut d’abord le fuir sous contrainte de discrimination financière par la sécu.

Rapidement, les confrères n’ayant pas fait ce choix, se retrouvent saturés, et ils diminuent la qualité de leur soin tout en augmentant leur délai de prise en charge, ainsi dans un second temps, le médecin libéral voit revenir vers lui une patientèle de médecine libérale.

———————–une discrimination financière*——————————

Vous êtes cotisants à la sécu et vous avez besoin de voir un médecin. Bientôt en France, vous aurez le choix de voir un médecin sécu (dans le réseau de la mutualité) ou un médecin libéral ( secret médical et liberté de prescription).

Quelle différence pour votre remboursement ?

Si vous voyez un médecin sécu votre remboursement sera de 16,10€ si vous voyez un médecin libéral, il sera de 0,62 €.

Maintenant si vous êtes à Bruxelles pour le week-end et que vous devez voir rapidement un médecin belge, votre remboursement sera de 16,10€ car l’Europe exige la libre circulation des hommes et des services.

On peut donc légitimement se poser la question suivante:

-est ce normal , que le fait de voir un médecin libéral français non sécu soit remboursé moins qu’un médecin libéral belge non sécu?

NON, cette différence s’explique par le tarif d’autorité appliqué aux cotisants sécu lorsqu’il vont voir un médecin libéral français non sécu. Alors que ces mêmes personnes sont toujours sous la règle française transcrite du droit européen, la libre circulation des hommes et des services.

———————–assurance au premier euro**——————————–

Il y a trop souvent dans les commentaires la confusion entre sécu, mutuelles et assurances privées. Cela paraît simple et en même temps, la confusion entraîne des conséquences sur la bonne compréhension des systèmes de santé. En Europe l’assurance santé est obligatoire au même titre que l’assurance auto et l’assurance maison.

Beaucoup parlent de la sécurité sociale comme un établissement gouvernemental, FAUX la sécurité sociale est une société de droit privé ( ses employés ne sont pas des fonctionnaires ) dont les différentes caisses de recouvrement sont gérées par des commissions paritaires syndicalistes ( CGT, FO, CFDT).

Les mutuelles, sont des sociétés aussi privées, elles sont dites mutuelles complémentaires, c’est à dire que le remboursement se base sur le tarif de sécurité sociale, et elles ne fonctionnent que si le cotisant est à la sécurité sociale. Prochainement, au 1er Janvier 2016 ces mutuelles complémentaires vont devenir pour beaucoup de français des mutuelles d’entreprises obligatoires, mais cette fois les français n’auront plus le choix, c’est à dire que l’affiliation se fera par branches professionnelles dont la gestion se fait, devinez par qui … les commissions paritaires( CGT, FO, CFDT).

Enfin il existe les assurances privées dites assurances au premier euro, celles ci sont choisies par le cotisant, qui n’est affilié que parce qu’il en a fait le choix et non de façon obligatoire par des commissions syndicales.

Ces assurances sont très développées en Europe et permettent à 300 millions d’Européens d’avoir une excellente couverture santé.

En France, cela se démocratise doucement, et beaucoup on déjà fait le choix de se type de couverture.

Alors maintenant quand on parle d’étatisation de la médecine libérale, il s’agit d’un renforcement du monopole de la sécurité sociale française, avec « pseudo salariat  » des médecins de villes et application de la loi santé que vous connaissez.

Quand on dit que la médecine libérale est vendue aux financiers, elle tombe surtout dans l’escarcelle de la mutualité, en complicité avec la sécu incapable de résorber son déficit, et des pouvoirs politico syndicalistes dont les liens sont étroits.

En ce qui concerne les assurances au premier euro, elles sont souvent confondues avec des assurances américaines, alors qu’elles sont très différentes, puisqu’elles sont de droit européen qui s’est très largement inspiré du droit des assurances napoléonien.

Evidemment c’est simplifié à l’extrême, mais ça a le mérite d’être précisé !

Une fois ces précisions données, si on fait le bilan de l’état général du système, on s’aperçoit que le cotisant aujourd’hui paie une sécu, une mutuelle d’entreprise et bientôt une sur-mutuelle, ce qui représente plusieurs milliers d’euros par an, et que sa prise en charge se dégrade considérablement, que ce soit chez le médecin généraliste, qui en général, pour rester à revenus constants augmente la cadence (baisse en qualité), que ce soit à l’hôpital par manque de personnel (baisse en sécurité) ou que ce soit sur le reste à charge, le système est épuisé et la courbe de valorisation s’est inversée.

Alors comment redresser cette courbe? sûrement pas à la Hollande, mais en modifiant les rapports actuels entre patients, assurances et médecins.

Beaucoup se disent que c’est impossible, je pense qu’il faut faire confiance à la nature (des relations économiques entre humains), et tout simplement laisser jouer la concurrence entre assureurs.

Il n’est pas question de supprimer la sécu ( même si avec 200 milliards de déficit cumulés, on peut imaginer que ce système est mort ), mais en ouvrant
à la concurrence, comme dans la téléphonie, ou le transport aérien.

Les modèles économiques sont en mutation, et bénéficient bien souvent aux acteurs que ce soit les clients ou les entreprises.

Pourquoi, les français, ont ils peurs de cette concurrence ? parce qu’elle n’existe plus depuis 70 ans, c’est à dire 3 générations.

L’inconnu fait peur ! Enfin ce qu’on croit d’inconnu, parce que dans le reste de l’Europe, cela existe déjà et ça se passe très bien.

Je vous épargne les études comparatives des systèmes de santé dans le monde, la France est loin d’être la première si on compare coût et efficacité.

Le système du libre choix est favorable aux assureurs ( aucun ne cumulent 200 milliards de déficit, et non pas pour les raisons que vous imaginez ), aux patients qui ont une prise en charge de qualité et aux médecins qui assurent une pérennité dans le développement économique de leur cabinet médical en assurant qualité et sécurité.

A contrario, l’OMS a publié des études faites sur des systèmes de santé étatisés comme à Cuba ou en Ex URSS, il en ressort deux facteurs communs, le premier ce sont des médecins corrompus, le second c’est une population fragile abandonnée.

Vous pensez tous que les mutuelles vont remplacer la sécu… :

Lisez « Les mutuelles dites « complémentaires » pourraient ainsi être absorbées par la Sécurité sociale, pour le plus grand bien commun : le déficit de l’assurance maladie s’élève chaque année à 8 milliards d’euros, tandis que les surcoûts de gestion et de publicité des mutuelles privées avoisinent les 8 milliards. »

http://mobile.lemonde.fr/economie-francaise/article/2015/10/02/reinventer-la-securite-sociale_4781630_1656968.html?xtref=http://m.facebook.com

Eh bien cet article est fondamental puisque nous ne l’avions pas vu dans ce sens. La sécu qui absorbe les mutuelles, et comble son déficit. Pour le coup plus besoin d’augmenter prélèvements sociaux, csg ou crds, c’est la mutuelle qui elle fait ce qu’elle veut pour le compte de la sécu.

Mais alors les mutuelles pourquoi font elles cela ? Pour éviter une ouverture à la concurrence de la sécu, aux assurances santé au premier euro.

Ainsi les mutuelles continuent leur business entre amies, avec la comptabilité obscure qui va avec ! Sécu, mutuelles, politiques tous gagnants ! Sauf pour les médecins et les patients !

Devinez qui est le chef d’orchestre de cette nationalisation, Etienne Caniard, président de la mutualité.

La Fédération nationale de la mutualité française (FNMF) regroupe la quasi-totalité des mutuelles de santé existant en France.

Elle a été créée en 1902 et ses deux premiers vice-présidents furent Jean-Cyrille Cavé et Édouard Petit.

La FNMF représente aujourd’hui 38 millions de personnes adhérentes. Elle a un rôle de représentation du mouvement mutualiste auprès des institutionnels et gère aussi 2500 centres de soins et cliniques (les services de soins et d’accompagnement mutualistes). Elle est présidée par Étienne Caniard.

Budget de la sécu, 550 milliards… Comprenez bien que couché, debout, sur un piédestal ou sur une scène, rien y fera.

Stop aux manifestations, oui au déconventionnement !

Par le DR Lib ere

NO COMMENTS

Leave a Reply