Etes vous en danger à l’hôpital en France ?

Etes vous en danger à l’hôpital en France ?

0 813

Êtes-vous en danger à l’hôpital en France ?

Par Bernard Kron, le 27 juin 2015 dans Social.

L’accumulation de tâches administratives menace la qualité de la médecine en France.

Les tâches administratives, les pressions financières et les risques judiciaires retentissent sur la vie des praticiens et menacent la prise en charge des urgences. Le stress professionnel est croissant, il peut avoir de graves conséquences pour les patients et pour ces professionnels.

Les procédures judiciaires sont une menace qui aggrave les sources de stress, entraînant chez certains praticiens des addictions pour y pallier. Le taux de suicide est deux fois plus élevé que la moyenne des professions médicales. Près d’un tiers des praticiens de bloc se disent « proches de craquer », en raison de ce niveau de stress qui s’amplifie chaque année.

Selon les résultats d’une enquête menée par l’Association de prévention du risque opératoire, un épuisement professionnel pourrait entraîner une augmentation des accidents opératoires. Pourtant beaucoup de chirurgiens maîtrisent tous les imprévus de leur pratique, exerçant ce métier avec passion et retrouvent avec un réel plaisir l’ambiance si spéciale de l’équipe du bloc opératoire.

Le savoir-faire chirurgical se perpétue dans nos hôpitaux publics et dans nos cliniques privées. Mais nombre de praticiens appréhendent la charge de travail quotidienne et quittent l’hôpital.

Une réorganisation indispensable

Cette excellence est menacée par un acharnement à vouloir casser ce corps de métier leader dans son domaine. Ni le ministère de la santé, ni celui des affaires étrangères ne s’intéressent à cette aura de la chirurgie française et à sa promotion mondiale.

Nos hospitalo-universitaires et nos penseurs de la république devraient prendre conscience que des spécialités élargies sont irremplaçables. Ce savoir-faire risque de disparaître avec la retraite des derniers chirurgiens généralistes en activité.

Nous nous sentons bien seuls à porter le flambeau de notre pays. Or c’est la France que nous exportons, soit en accueillant nos collègues qui veulent apprendre, soit en allant les former sur place. Nos écoles de chirurgie forment des spécialistes venus du monde entier apprendre la french touch. Les spécialistes outre atlantique l’ont bien compris quand ils nous témoignent une certaine admiration devant un savoir-faire qui compense les insuffisances des budgets. L’habileté, la simplicité de la gestuelle et la parcimonie dans l’utilisation des matériels y sont légendaires bien au-delà de nos frontières.

Nos voisins ont créé un Surgery European Board alors que la France, dans son exception, a supprimé la spécialité de chirurgie générale, la considérant comme obsolète : no comment !

Le développement d’écoles de chirurgie avec de véritables laboratoires associant des simulateurs informatisés et des accès au modèle animal permettrait d’accélérer cet enseignement.

L’AP-HP envisage de transférer l’École de chirurgie du Fer-à-Moulin à l’Hôtel-Dieu, ou à l’École Nationale Vétérinaire (ENVA) à Maisons-Alfort. À ce jour rien n’est encore décidé, mais pour les chirurgiens le temps perdu en déplacement serait pénalisant.

La plupart des sociétés françaises qui fabriquent les matériels chirurgicaux disparaissent, étranglées par le poids des charges. C’est toute une technologie qui s’évapore à l’étranger pour fabriquer en Allemagne, aux États-Unis, au Japon ou en Chine des instruments chirurgicaux conçus par nos spécialistes.

Il y a pire : lorsqu’une petite firme française de prothèses orthopédiques reconnue pour la qualité de ses produits, fait une erreur vénielle en oubliant le marquage du « label CE », la tutelle lui inflige des sanctions. Or, ce label n’est pas un gage de qualité, il donne simplement le droit de libre circulation sur l’ensemble du territoire de l’Union européenne.

Ces sanctions sont totalement disproportionnées par rapport au risque affiché comme nul, arguant du parapluie d’un principe de précaution, au péril même de la survie de l’entreprise.

Dans d’autres domaines certaines sociétés ont pris des mesures inadaptées venant de leurs plus hautes sphères et en ont subi de coûteux échecs, voire même une disparition pure et simple. C’est une vraie menace pour la chirurgie française. Pour les éviter, l’expérience des acteurs de terrain comme, en son temps, celle des peuples premiers serait irremplaçable. Cassandre avait annoncé la chute de Troie, ce qui a fini par se produire.

La querelle entre les anciens et les modernes serait stérile, s’il n’en sortait pas un progrès, comme ce fut le cas en littérature. La spécialisation de la chirurgie est un progrès incontournable, mais l’urgence nécessitera, comme aux armées, un enseignement spécifique.

Certains de nos collègues quittent alors le pays sans bruit pour aller développer les acquis de leur expérience en France et rejoignent des hôpitaux étrangers où les chirurgiens sont plus respectés. C’est un miracle que d’autres « s’accrochent toujours » pour que le drapeau de notre corporation flotte encore au vent.

Qui s’en rend compte et qui le regrette au pays de l’égalitarisme béat et du « toujours plus de gratuit » ? Ce sont les patients ! Ces exigences, attendues par ceux qui se confient à nous, sont très bien comprises par nos malades. Certains nous gratifient encore au-delà des honoraires versés, parfois de cadeaux que la loi a l’outrecuidance d’imposer car ils sont assimilés aux avantages en nature. Ces attentions de la part de nos patients nous touchent profondément par leur valeur émotionnelle bien plus que par leur valeur marchande. Elles traduisent sans parole la confiance et l’estime qui nous sont prodiguées en regard des attaques récurrentes contre la profession. Certains opérés le comprennent, ou pour le moins ceux qui reconnaissent encore que leur chirurgien est un maître d’œuvre de leur santé, travaillant pour les sauver ou les soulager.

La média médecine, la robotique (cf. page 229 de Chirurgie chronique d’une mort programmée) sont de nouvelles donnes qui doivent être rapidement prises en compte pour la formation des chirurgiens de demain.


Bernard Kron est l’auteur de Chirurgie chronique d’une mort programmée, Éditions L’Harmattan.

NO COMMENTS

Leave a Reply