ET APRES LA LOI SANTE VOUS FAITES QUOI ? ...

ET APRES LA LOI SANTE VOUS FAITES QUOI ? Le changement de la Santé est une URGENCE !

0 751

Question, avis et témoignage

Si vous réussissez à obtenir le retrait de la loi santé, ce qui est plus que souhaitable pour vous soignants, mais également pour les patients, vous vous retrouverez dans la situation antérieure, c’est-à-dire dans la même situation qu’aujourd’hui, avec des conventions qui vous enferment, dans une « cage » de plus en plus petite, avec du « travailler plus pour gagner moins ».
Il y aura d’autres conventions, que quelques syndiqués à représentation minoritaire de vos différentes professions signeront, et rien n’aura changé, mais la « cage », les contraintes seront de plus en plus étroites.
La seule façon de vous en sortir est soit d’obtenir une réévaluation du tarif d’autorité, bloqué depuis 45 ans, ou de sortir d’une manière ou d’une autre de ces conventions jamais respectées, soit par la justice, soit par d’autres moyens que j’ai déjà évoqués, et qui sont de votre responsabilité en perdant peut être un peu aujourd’hui pour ne pas « mourir » demain.ob_81d941_sante-urgence
Je voudrais juste vous faire part de mon expérience en prenant un exemple simple sur une base 100.
Il y a 35 ans, lorsque le chiffre d’affaire était de 100, le BNC était de 50, malgré les investissements.
Trente ans plus tard, le chiffre d’affaire est  peut être  de 250 et le BNC toujours de 50, sans endettement, en travaillant plus, plus vite , alors qu’en 30 ans d’inflation il aurait du permettre au moins de conserver les 50% soit 125, ou plus humainement, permettre  aux libéraux , de ne pas avoir à travailler  35 h/semaine pour payer leurs charges, avant  de travailler pour s’assurer un revenu .

En somme en travaillant toujours de plus en plus vite, malheureusement, le rendement ou la marge , a baisser de 50% à 20% et la qualité des soins s’en ressent. La qualité a un coût, la non qualité un coût bien supérieur

Tout-savoir-pour-profiter-des-soldes-sans-souci_exact1024x768_lCette pente se poursuivra, avec ou sans la loi Santé, ne résoudra ni vos problèmes de surcharge de travail, ni les conditions de travail, donc pas non plus la qualité des soins et moins encore l’accès aux soins des patients du fait du nombre croissant des jeunes qui se tournent vers d’autres modes d’exercice ou vers d’autres horizons.
Alors certains font des choix personnels de protection sociale pour diminuer leurs charges, d’autres non, peu importe, les uns et les autres resteront enfermés dans ces conventions, qui ne sont plus viables, ni vivables.

Je vous invite à regarder du coté des infirmières ou infirmiers libéraux, qui eux connaissent les conséquences du tiers payant intégral, les contrôles d’activité au temps passé, alors qu’elles ou ils sont multitâches……dans un exercice formaté, et normatif ; une caricature de médecine administrée et administrative, pour essayer de comprendre ce que sera votre exercice demain.

FB_IMG_1439588837467

J’ai vécu comme médecin spécialiste le tiers payant, dans ma région d’exercice minier, ce sera votre futur, en restant dans cette loi d’une part, et dans les conventions telles qu’elles le sont aujourd’hui.
Je vous souhaite de réussir à faire abolir cette loi santé, mais vous encourage vivement à bien lire, je ne dirai pas ces conseils, mes ces avertissements.
D’autres, vos aînés, ont essayé de vous mettre en garde, je pense en particulier au Dr Jean-François Huet.

Le système ne soins ne pourra vivre demain, que si les soignants reprennent leur liberté de libéral, probablement dans un système mixte de protection sociale solidaire financé par l’impôt, auquel chacun devra adjoindre une assurance de son choix  et une part d’épargne volontaire en se responsabilisant, et la je parle des citoyens et futurs patients.

Docteur Edward W.Metzger

(médecin retraité secteur 1)

NO COMMENTS

Leave a Reply