De l’avantage de la retraite par capitalisation sur celle par répartition **...

De l’avantage de la retraite par capitalisation sur celle par répartition ** Pour un salarié au SMIC, pour un médecin à la CARMF.

2 962

De l’avantage de la retraite par capitalisation sur celle par répartition **
Pour un salarié au SMIC, pour un médecin à la CARMF.

1er exemple pour un salarié au SMIC
 
 Prenons simplement les cotisations du SMIC pour la retraite pendant 42 ans, en capitalisation, plutôt que répartition.
 Avec un taux de rendement moyen de 3% avec une inflation de 1%. Ce qui est une hypothèse réaliste et pourrait bien sûr être amélioré en diversifiant sur le long terme les supports.
 Au bout de 42 ans l’épargne serait de 320 092 euro et à euro constant de 216 022 euro.
 Avec un rendement de 3% et une inflation à 1%, la retraite serait de l’ordre de 1100 euro par mois à 67 ans et de 1315 euro à 85 * ans en tenant compte de l’inflation à 1%. (Ce calcul correspond à une évolution réaliste, voir pessimiste).
 
 A comparer aux 60% du montant du revenu des 25 meilleures années, que je n’ai pas calculé, mais que l’on peut estimer à 700 euro /par mois ou le minimum vieillesse.

La retraite par capitalisation serait donc de 50 % au moins supérieure à celle par répartition. 

Il ne fait donc aucun doute que la retraite par capitalisation est supérieure à celle par répartition. 
Il y a de plus l’avantage de pouvoir transmettre le capital restant à ses héritiers, alors que dans la retraite de répartition, le capital est perdu au décès, en cas de décès prématuré vous aurez cotisé pour rien !

2 ème exemple à la CARMF pour les médecins :

La retraite maximale est environ 43 000 € moins la CSG-CRDS + 0.5 %, soit 40 000 € pour 39 ans de cotisations en ayant commencé à 28 ans et retraite à 67 ans.

Pour obtenir cette retraite en capitalisation, il faudrait cotiser 11124 € par an aujourd’hui et en tenant compte de l’inflation (1 % et un rendement de 3 %), 16392 € la 39 ème année.

La retraite serait de 43 000 € /an, en tenant compte de l’inflation, idem 1% et rendement idem 3%, donc de 63 677 € à 67 ans et de 75 413 € à 85 ans (espérance de vie d’une femme aujourd’hui 85 ans , 79 ans  pour un homme, donc ses héritiers toucheront le solde).

Hors à la CARMF, la cotisation moyenne est plutôt de l’ordre de 18 000 à 20 000 €/ an, toujours pour un maximum de 40 000 € net/ mois et peut être 23 000 € pour la réversion; RIEN en cas de décès prématuré !

Remarque : À la CARMF la retraite diminue régulièrement depuis des années pour l’ASV, alors que les cotisations augmentent, alors que le nombre de points accordés diminue, la valeur du point diminue. En pratique cette retraite a diminué de 25 % en 10 ans ! Du Madoff !

En conclusion :

La capitalisation permet une retraite plus élevée à cotisations égales, elle laisse un capital aux héritiers le cas échéant, elle permettrait de s’affranchir des 42 ans de cotisation ou de l’âge imposé du départ à la retraite, chacun choisissant le moment en fonction de son capital retraite et de ses besoins.

La protection sociale légalement obligatoire, comme l’assurance voiture, mais le choix imposé par l’Etat, de ses modalités est une atteinte aux libertés individuelles. Les caisses de retraite ne sont pas des caisses de SOLIDARITE, mais des assurances pour la retraite, la France confondant solidarité et assurance !  La solidarité est du ressort de l’impôt et du volontariat.

Il est par contre évident que l’on ne peut passer d’un système par répartition à un système par capitalisation que progressivement sur  20 ou 30 ans, mais c’est possible en assurant par l’impôt sous forme de CSG retraite ou TVA sociale retraite la transition.

SOUS TOUTES RESERVES
Quand au placement de l’épargne on a le choix entre assurance vie, d’où l’on peut sortir en capital, ou PERP salariés ou Madelin ( pour les indépendants) ou l’on ne peut sortir qu’en rente, (sauf faillite, sur endettement ou invalidité de 2ème catégorie). Je préconiserais l’assurance vie, si l’on a peu de revenu et dans le cadre de la législation actuelle.
Pour les mieux rémunérés, diversification des supports : euro, unités de compte, actions part de SCI etc …. ( et pourquoi pas en partie dans des devises étrangères, pour limiter les risques).

Le PERP ou Madelin, comporte un avantage fiscal à l’entrée, mais non à la sortie, et il faut vivre très longtemps pour récupérer la mise.

D’autres placement existent pour les employés et employeurs le PEE e le PERCO qui est un équivalent du PERP ou Madelin, mis en place par l’employeur et abondé jusqu’à 300 % de versement par le salarié.

Docteur Edward W. Metzger

* Espérance de vie des femmes aujourd’hui et optimiste pour les hommes, elle est à ce jour de 79 ans environ. La encore le calcul qui en découle est plutôt dans la fourchette basse.

** La protection sociale est obligatoire, mais non la façon de l’envisager, et pour l’instant c’est l’État qui vous l’impose, alors que certains élus, syndicalistes ou administrateurs des caisses de retraites, se sont mis une retraite complémentaire par capitalisation.

2 COMMENTS

Leave a Reply