Pourquoi de plus en plus de libéraux de santé se tournent vers...

Pourquoi de plus en plus de libéraux de santé se tournent vers des activités parallèles ?

1 2825
Mais OU est donc le PROBLÈME?
QUI est donc à l’origine de ces problèmes ?

Les médecines alternatives ont le vent en poupe, en exercice exclusif ou parallèle.

Les soins esthétiques, de bien être se développent et attirent de plus en plus de soignants, médecins ( 400 médecines parallèles, dont certaines reconnues en France), infirmiers ( dermographie, soins esthétiques ou de bien être….), kinésithérapeutes ( soins de bien être, SPA, coaching….), POURQUOI ?

Ces actes sont facturés 50, 80, 100 € ou plus, ne sont pas remboursés bien sûr, mais personne n’y trouve à redire et 40 % de la population y a recours !

Les actes médicaux et paramédicaux n’ont par ailleurs, pour une grande partie pas évolués depuis 30 ans, pour d’autres 10 ans ou 5 ans; un certain nombre ont même diminué à plusieurs reprises, ne sont plus pris en charge ou ne l’ont jamais été.

Ce que la majorité de nos concitoyens ignorent, c’est qu’une consultation ne se cumule pas avec un acte technique, que si plusieurs actes techniques sont réalisés dans le même temps, le 1er est facturé à 100%, le second 50 %, les suivants sont gratuits et les fournitures, les frais de secrétariat, les affranchissements etc…sont à la charges des soignants.

Imagineriez vous un garagiste faire plusieurs interventions sur votre véhicule et n’en facturer qu’une et demi et prendre à sa charge les fournitures ?

Alors les libéraux de santé arrêtent (dé-plaquent), cherchent un travail salarié avec ses avantages, sans les inconvénients du libéral ( 58 h/ sem, retraite 67 ans, pas de vraie protection sociale, pas de RTT ou congés payés…..), ou quittent le pays, cherche un autre travail, ou font de la médecine ou des soins alternatifs. 

Une solution sont les médecines alternatives ! Pourquoi ?

Parce qu’elles libèrent des conventions avec la sécu, libèrent du tarif d’autorité qui date de 1966 et que ce les tarifs différenciés représentent une ESCROQUERIE aux cotisations des patients ! ( 16% du tarif opposable, remboursé, pour les actes techniques depuis 2006). Pourtant les patients ont verser les mêmes cotisations ! 

Les médecines parallèles ou alternatives sont-elles pour autant plus efficaces ?

Pourquoi alors les médecins, chirurgiens, paramédicaux devraient-ils travailler à perte sur un grand nombre d’actes ou se tuer à la tâche au prix d’une coupe de cheveux homme, pour les généralistes et à celui femme pour les spécialistes consultants et sans facturer le shampoing, la couleur……

Sans dénigrer les médecines alternatives, en service de cancérologie en Chine elles sont utilisées en complément de la chimiothérapie ou radiothérapie pour réduire les effets secondaires, elles ne remplacent donc pas la médecine classique.

Dans ma région il y a de nombreux rebouteux sans aucune formation, à mettre en parallèle avec les 10 à 14 années d’études des médecins.

Ils soulagent 30 % de leurs patients.

Leurs tarifs varient de 50 à 80 € ( souvent au noir), à comparer au 23 et 28 € des médecins généralistes et spécialistes.

Les 30 % de résultats sont en grande partie liés à l’effet placébo.

C’est à peu près le résultat de la prescription d’un placebo.

La différence que peuvent avoir certaines pratiques parallèles, est liée au temps passé !

L’écoute, la suggestion, une certaine forme  » d’hypnose « , et le fait d’être rassuré, guérit 30 % des patients, les fonctionnels.

Les médecins conventionnés n’ont plus les moyens de consacrer 30 mn ou même 20 mn à des patients fonctionnels avec leurs tarifs !

Par contre ils rectifient les diagnostics des  » vrais » malades (  » vrais », patients organiques, par opposition aux fonctionnels, qui sont bien sûr aussi des malades) 

Les médecins pratiquants les médecines alternatives ont la compétence et en plus le TEMPS de prendre en charge la dimension psychologique de leurs patients, ce que les autres n’ont plus, mais ont des tarifs au juste prix.

Ce que les patients reprochent le plus à leurs médecins classiques, est ce manque de TEMPS !
Le second élément négatif pour les médecins classiques, est la  » GRATUITÉ « , lorsque c’est gratuit, l’intervention du médecin est forcément moins bonne, tout au moins dans l’esprit des patients.

 

L’écoute , la suggestion, la persuasion, le fait de rassurer et le coût de la consultation, sont des éléments primordiaux pour  » guérir » nombre de symptômes des patients fonctionnels par la « CROYANCE « .

Si je voulais caricaturer, allumer un cierge, sera plus efficace lorsque celui sera plus gros et plus cher, lorsque l’on croit que ce cierge va permettre par la prière d’un catholique ou l’offrande de feuilles d’or pour un bouddhiste, de résoudre l’objet de la prière.

Les optimistes vivent plus longtemps que les pessimistes.

Les médecins ou les infirmières ont remplacé les prêtres et cette dimension psychologique et le temps qui le conditionne a disparu du fait d’une sous valorisation des actes médicaux.

Le patient ne s’y retrouve pas, les soignants pour la plupart idéalistes non plus, raison des « burn-out » et de ses nombreuses complications.

La 1ère satisfaction et motivation d’un soignant n’est pas l’argent, mais le fait d’avoir fait son travail en accord avec ses idéaux, et ça ce n’est plus possible en raison des charges et du temps administratif.

Ce sont des dimensions que les Enarques, les économistes comme Madame Brigitte Dormont qui met l’activité médicale en équation ne peuvent pas comprendre, ils sont cartésiens et ne voient que les chiffres.

Le placebo, comme l’écoute sont des traitements. Lorsque l’on consulte les psychologues ce n’est rien d’autre, l’acte est à 50 ou 80 € et non remboursé.

Chez les infirmiers et médecins cette partie de l’acte est intégré dans les 7 € des IDELS et les 23 ou 28 € des médecins.

La santé n’a pas PRIX, elle a toutefois un COÛT ! Pour les entreprises médicales ou paramédicales AUSSI !

Une grande partie de ces coûts sont liés à la mauvaise gestion de nos protections sociales, à la gestion syndicale paritaire, à la sur-administration décidée par nos milliers d’Enarques qui n’ont jamais travaillés dans la VRAIE VIE, et qui n’ont jamais créés une entreprise à fortiori connus les réalités des malades et des soignants.

Comme le prouve 40 années de déficits, 40 ans de  » Solutions » qui sont en fait le PROBLEME : Mica, Numerus clausus……et autres erreurs des politiques de santé. 

En réalité le PROBLÈME, ce sont EUX !

Comme ailleurs: éducation, justice, politique agricole, politique du logement…., la conséquence de l’absence de dialogue, l’absence d’écoute de ceux qui connaissent le terrain, le travail et la gestion d’une entreprise.

ADMINISTRER n’est pas gérer ou gouverner ! 

Gérer une entreprise, c’est prévoir, anticiper avec une visibilité à au moins 5 ans, gouverner devrait être la même chose, sans changer les règles, les lois, les normes tous les ans en se disant « responsables », mais sans en assumer les conséquences qui seront assumer par le professionnels  et au détriment de leurs patient; ici en matière de santé et du coût de la santé. 

Dr Edward W.Metzger

 

1 COMMENT

  1. Là vous allez un peu loin sur un terrain que vous ne maîtrisez pas. J’ai commencé par des études de masseur en Allemagne (2,5 ans) et ai continué diverses formations en MC pour arriver aujourd’hui à Bac +14. Le problème c’est qu’il n’y a pas la volonté de travailler ensemble avec la médecine dite conventionnelle, du moins en France, car en Autriche, Espagne, Allemagne, etc ça marche très bien. Depuis mon retour en France en 2002 je me bats avec les institutions pour une reconnaissance de diplôme et acquis professionnels en vain car tout ce qui n’est pas français est mauvais. Beaucoup de recherche ont démontré l’efficacité des médecines ancestrales (sans lesquelles la conventionnelle n’existerait oas) mais évidemment on en parle pas car ça fait pas gagner d’argent aux multinationales pharmaceutiques. Pourquoi ne fair on passer des tests aux dits charlatans afin de constater l’effectivité de leur intervention? La médecine conventionnelle traite des PATHOLOGIES. L, ancestrale la SALUTOLOGIE (santé) pour les non initiés. …Notre système est un système de maladie. …A quand un vrai système de santé?

Leave a Reply