A partir d’aujourd’hui, la France vit à crédit

A partir d’aujourd’hui, la France vit à crédit

1 1665

Une étude a calculé le rythme des dépenses des 28 États de l’Union européenne. A partir de dimanche soir, l’État français n’aura plus d’argent dans ses caisses.

« Un pays européen aux finances systématiquement dégradées »
En Europe, seuls l’Allemagne, le Danemark, l’Estonie et la Lituanie tiennent toute l’année sans emprunter grâce à leurs recettes fiscales. « La France est le seul pays européen à avoir des finances dégradées systématiquement depuis trente-cinq ans et, ce, dans toutes ses composantes, insiste Cécile Philippe de l’institut Molinari. Cela ressemble à des cas du type de la Grèce. »

Lire aussi : Grèce, ce qui va se passer maintenant

De nombreux pays sont déficitaires mais certains n’ont pas tous leurs voyants dans le rouge : l’Italie et le Portugal affichent des comptes positifs pour leurs organismes de Sécurité sociale et leurs collectivités territoriales. La France présente un profil plus critique dans la mesure où aucun de ses piliers n’affiche d’excédent budgétaire : la Sécurité sociale, les collectivités locales et les administrations centrales. Même si, vendredi, Bercy a publié des comptes publics pour les neuf premiers mois de l’année plutôt positifs. Le déficit budgétaire a diminué de 80,5 à 74,5 milliards d’euros par rapport à l’an passé.

image

La bombe à retardement de la dette des retraites :

L’analyse comparative est sans détour. Elle est d’autant moins flatteuse que, d’après le classement de l’institut, des pays comme la Hongrie, la Slovaquie ou la Pologne ont vu leur situation budgétaire s’améliorer. Leur entrée dans l’Union européenne les a obligés à réaliser des réformes. D’autres, comme les Pays-Bas, membre fondateur de l’Europe, ou la Suède, ont mené des réformes drastiques de leur système public de santé.

La Sécurité sociale est la branche publique la plus ciblée par l’étude. « La dette des retraites pèse pour 388% du PIB français, ajoute Cécile Philippe. C’est une vraie bombe à retardement. » La privatisation du système de santé reste la principale proposition des théories libérales, soutenues par l’institut Molinari, afin d’alléger le coût du travail et de relancer l’emploi. Tout en reconnaissant que la qualité des soins, qui fait cruellement défaut par exemple au Royaume-Uni, n’est alors pas garantie.

source : JDD.fr

1 COMMENT

  1. : J’ai eu l’occasion de beaucoup vyoager en Europe lors de mon premier job (mais vraiment beaucoup !). Cette expe9rience a renforce9 ma conviction qu’une Union Europe9enne est viable. Contrairement e0 vous, j’ai pu rencontrer des individus trouvant tous les jours des points communs dans leurs langues, leurs cultures et leurs socie9te9s respectives. Il faut dire qu’au lieu de faire un immersion dans une socie9te9 donne9e, je re9unissais des personnes de divers pays !J’ai pu constater par ailleurs qu’il y a plus de points communs entre un lillois et un bruxellois, qu’entre un lilllois et un marseillais. Et e0 ce jeu le0, on croise assez vite des itine9raires e0 travers l’Histoire ( avez-vous remarque9 le nombre de patronymes e0 consonance espagnole dans les Flandres ? et de patronymes frane7ais en Angleterre ?)Mon deuxie8me job e9tait e0 Londres, grande capitale, mais pas exactement europe9enne (j’ai est rencontre9 au moins autant de personnes du Commonwealth que d’europe9ens continentaux).Je ne peux que vous rejoindre sur votre constat de l’e9cart entre les avance9es pour les entreprises et pour les individus. Il faut ne9anmoins relativiser ; lorsque vous eates frontalier, pas mal de choses ont e9te9 rationalise9es.Mais est-ce pour autant que la mauvaise re9alisation d’une ide9e doit discre9diter l’ide9e elle-meame ?c’est le proce8s facile fait au communisme, et l’argument ne semble pas porte9 Il me parait toujours plus inte9ressant d’aller chercher en quoi les postulats d’une ide9e sont justes ou non, plutf4t que pointer les dysfonctionnements de sa mise en pratique (sinon, je me suicide chaque jour au boulot 😉 Je reste plutf4t convaincu de l’inte9reat d’une (con)fe9de9ration d’e9tats europe9ens, dans la mesure of9 la constitution politique pre9ce8de l’inte9gration e9conomique. L’UE par la petite porte, qui force insidieusement l’union politique par l’inte9gration e9conomique et mone9taire a clairement failli, les peuples’ (comme vous dites) ayant eu la juste impression de se faire faire un enfant dans le dos.

Leave a Reply